Franck Malinowski, Directeur de la branche boissons du groupe Agrial

11 mai 2010

« Qui n’avance pas recule ». Depuis qu’il a entendu cette petite phrase sur les bancs de Sciences-Po Paris, Franck Malinowski en a fait son credo. Et toute la carrière du PDG de CCLF-CSR et directeur de la branche boissons du groupe Agrial en témoigne. Lui qui, sortant du cabinet de consulting KPMG, ne comptait passer que deux ou trois ans à la direction financière de CCLF signe en définitive sa quinzième année à la tête de l’entreprise. Sans jamais le regretter. Car il a, justement, toujours avancé.

Sous sa houlette, le numéro deux du cidre est ainsi passé leader du secteur en France avec près de 75 % de parts de marché. Pour cet homme direct et jovial, tout a été question de d’opportunités, de pragmatisme mais aussi et surtout de rencontres. « Ma collaboration avec Jean-Pierre Favennec, qui m’a embauché chez CCLF, a été déterminante. C’était un homme entier et très attachant », confie Franck Malinowski. Entre le patron sexagénaire et son collaborateur trentenaire, le courant est vite passé. Au point qu’en 1995, soit 18 mois après son recrutement, le jeune financier originaire de la capitale a accédé au poste de directeur général de CCLF. « Mais n’oubliez pas que vous jouez avec ma raquette ! », lui rappelait à l’occasion Jean-Pierre Favennec.

Les deux hommes ont mené main dans la main l’acquisition de la cidrerie Guillet près de Nantes en 1999 et celle de CSR - alors aux mains de Pernod Ricard - en 2002. D’un coup, le tamis de CCLF s’est agrandi. Au décès de Jean-Pierre Favennec, en 2003, la raquette a toutefois dû changer de main. Faute de successeur. A ce moment, le facteur humain a une nouvelle fois guidé le choix de Franck Malinowski. « A l’époque du rachat de CSR, nous n’avions que des banquiers autour de la table qui n’y croyaient pas. J’ai convaincu la famille Favennec qu’il fallait les substituer par des gens qui avaient confiance dans notre projet, rappelle Franck Malinowski. Jean-Marie Meule, le dirigeant d’Agrial, a alors trouvé les bons mots : pérennité et indépendance.» Après une première prise de participation, la coopérative Agrial a alors acquis la totalité de CCLF-CSR en 2004.

Une nouvelle étape pour notre homme du cidre qui bascule alors dans le monde coopératif. « Ça s’est avéré être un très bon choix car Agrial est un groupe dans lequel nous pouvons nous inscrire sur le long terme. Nous n’avons pas la sensation de travailler comme des brutes pour être revendus demain. » Agrial c’est aussi la salade 4è gamme Florette et sa capacité à soutenir des marques. Ce que Franck Malinowski a tout de suite intégré. Résultat : en 2007, CCLF-CSR a pu racheter Danao, délaissée par Danone. En 2009, les volumes de la marque de jus et lait ont progressé de + 10 %. Pari gagné !

L’an dernier, le monsieur boissons d’Agrial s’est encore pris au jeu des concentrations. Pour le compte de Kerisac cette fois, avec le rachat de la cidrerie normande Val de Vire. Désormais, Franck Malinowski se retrouve à la tête d’une entreprise de 500 salariés réalisant 150 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Une taille qui nous permet maintenant de disposer d’un hall technologique, de panels consommateurs, de deux category managers et d’une équipe marketing plus étoffée, commente-t-il. Sans compter que l’entreprise attire désormais des cadres de haut vol.» Lesquels sont recrutés pour leurs compétences bien sûr mais aussi pour leur bonne humeur et leur capacité à travailler en équipe. « Avoir amené et conservé des gens compétents autour de moi est ma plus grande fierté », avoue-t-il.

C’est dans cet état d’esprit que le quadragénaire compte mener son projet « Ipod », en clin d’œil à la pomme d’Apple …, qui consiste à impulser une nouvelle dynamique sur ses marques. « Il s’agit de la seconde étape, confie Franck Malinowski. La première consistait à assainir les bases de l’entreprise en revalorisant nos produits. C’est chose faite. »

Car, en bon financier, Franck Malinowski n’a jamais perdu de vue la rentabilité. « La concentration du secteur a permis d’assainir la filière cidricole. Aujourd’hui, non seulement l’entreprise est rentable mais les distributeurs gagnent aussi de l’argent avec le cidre, sur nos marques comme sur les MDD. » Pour développer la filiale boissons d’Agrial, Franck Malinowski voit toutefois plus loin que le cidre et que la France. Sur son bureau s’étalent plusieurs pochettes porteuses de projets à court et moyen terme. Rien d’assez avancé toutefois pour être divulgué. Si ce n’est qu’à l’étroit rue Villa Thoréton dans le XVè arrondissement, le siège de CCLF-CSR devrait déménager d’ici fin 2010. Toujours sur Paris. La condition sans laquelle Franck Malinowski ne serait jamais tombé dans la pomme.

Karine Ermenier

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois