Salon

Ce qu’il fallait voir au premier salon du gin

29 novembre 2021 - Ugo BRUSETTI

Ce week-end, Lyon a accueilli le premier salon du gin. L’occasion pour Rayon Boissons d’aller prendre le pouls d’une catégorie en pleine expansion dans l’Hexagone. Retour en images sur cet événement organisé par The Gin Addict.

Salon du gin

  • Hendrick's

    Hendrick’s décroche la lune

     

    Les marques premium phare ne pouvaient pas rater l’événement à l’image d’Hendricks. La signature commercialisée par William Grant & Sons France avait l’un des plus grands stands au premier étage du palais de la Bourse de Lyon. L’occasion pour la marque écossaise de présenter sa dernière édition limitée en date baptisée lunar. Celle-ci allie notamment les épices à la cardamome et au poivre noir. Vendue 45,90 €, cette expression n’est proposée que sur le réseau cavistes.

  • Bombay Sapphire

    Bombay Sapphire, la touche personnelle

     

    Sur le stand Bombay Sapphire, les visiteurs étaient invités à créer leur propre gin. Dans un flacon contenant la version classique de la marque de Bacardi-Martini, la responsable de l’animation Caroline Marietti proposait d’ajouter quelques gouttes d’extraits d’arômes concentrés : rooibos, citrus, anis étoilé, bois de chêne et camomille romaine. Bombay Sapphire en a aussi profité pour présenter le dernier-né de la collection, premier cru, réservé au réseau cavistes.

  • LièGin

    Des bonbons et du cacao

     

    De nombreux exposants venaient de Belgique à l’image de LièGin, originaire de la ville de Liège. Ces produits ultra-premium, présentés par les deux associés Damien Haulet et Romain Jans, font la part belle aux arômes. La majorité de leur large gamme associe gin et fruits. Certains sont réalisés en partenariat avec des confiseurs (Gicopa et son bonbon à la violette) ou un chocolatier (Millésime avec des fèves de cacao du Guatemala). De quoi donner des gins très expressifs.

  • Gin de Binche

    Un gin sanguin

     

    Céline et Jérôme Urbain se sont lancés dans les spiritueux il y a quatre ans avec ce gin sublimé par le distillat d’orange sanguine qui le compose. Cela fait référence au fameux carnaval de la ville belge de Binche, située non loin de la frontière française. La tradition veut que soit données des oranges durant cet événement classé par l’Unesco. Typé haut de gamme, ce gin aux nombreuses médailles est commercialisé dans près de 350 points de vente, notamment dans l’enseigne Delhaize.

  • Etsu

    La mer à boire

     

    Réservée au réseau cavistes, la marque japonaise Etsu, deuxième marque du portefeuille de BBC Spirits, a présenté toute sa gamme. L’occasion de découvrir la version deep ocean, distillée avec de l’eau de mer de Pacifique. De quoi donner un gin iodé. La société basée à Bordeaux, représentée par son directeur commercial Guillaume Gerchenzon (à gauche), la chef de produits Léa Monnétreau et le responsable de la zone Sud-Est Christophe Paniagua, avait également amené dans ses valises les marques Mainly Spirits et McQueen, disponibles en GMS.

  • Bear Brothers

    La griffe de l’ours

     

    Les frères Julien et Alexandre Caruena (à droite), accompagnés d’un des deux autres associés, Frédéric Gommard, ont présenté au public leur marque Bear Brothers. Venus de Toulouse, ils distillent leurs deux gins et leur vodka à la distillerie du Golfe dans le Morbihan en attendant que sorte de terre leur distillerie l’été prochain. Leur premier gin se nomme microcitrus et est réalisé avec du citron caviar, du yuzu et de la main de Bouddha notamment. Le second, baptisé juniperi, est plus classique. Devant la demande des distributeurs, Bear Brothers a également créé une version à la bergamote. Elle sera commercialisée chez certains indépendants en début d’année prochaine sous le nom de BB9.

  • Ninkasi

    La dose de houblon

     

    À Lyon, Ninkasi est roi. Il n’en fallait donc pas plus pour voir Mathieu Mahe, responsable du développement commercial de la brasserie lyonnaise, Romain Vauclair, chargé de marketing, entourer la brand ambassadrice Lilya Sekkal afin de présenter le gin Ninkasi. Estampillé bio, celui-ci à la particularité d’ajouter dans sa composition de la fleur de houblon Saaz. Déployé sur les réseaux prescripteurs, ce gin attendra encore avant de se lancer en GMS.

  • Hexagone

    Un vieux de dégustation

     

    Déjà présent au salon France Quintessence au début du mois d’octobre avec sa marque Hexagone, Damien Gagnières a cette fois-ci pu dévoiler sa version vieillie en fûts de rivesaltes ambré. Distillé en Corrèze, son gin bio aux six ingrédients (comme les six côtés d’un hexagone) a ensuite passé cinq mois et demi dans un chai situé à Perpignan (66). Le produit se rapproche ainsi plus d’un digestif.

  • The Islands Spirits

    Le gin voyageur

     

    Cuisinier dans sa précédente vie, Benjamin Chatellard a vécu de nombreuses années dans des îles. Revenu en Métropole en 2017, ce toulousain a eu l’idée de créer des spiritueux retraçant ses voyages. Est ainsi né cette gamme de gins baptisée The Islands Gins, dont les trois produits utilisent des plantes ou des épices originaires de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française ou de l’Océan indien. Sa dernière proposition, baptisée aged barrel spicy, est la plus originale avec ses notes de curry et de gingembre. Le tout a également été vielli trois mois dans des fûts de cognac.

  • Maison Ferroni

    Le gin aux multiples facettes

     

    Fondée à Marseille (13), La Maison Ferroni est réputée pour son pastis millésimé. Avec son gin Juillet, elle a décidé de multiplier les portes d’entrées. Parmi les six produits de la gamme, on retrouve un gin anisé, un gin au rhum ou encore un gin light titrant 17,9°. Des résultats surprenants et une palette aromatique très large qui peut permettre de séduire des consommateurs pas forcément attirés par le gin.

  • Manguin

    Un goût d’olive

    Située près d’Avignon (84), la distillerie Manguin a été rachetée il y a dix ans par Emmanuel et Béatrice Hanquiez. Cette dernière a créé Oli’Gin il y a huit ans. Soit un london dry redistillé avec une macération d’olives de la région. Victor Pock et Manuela Hanquiez, la fille des propriétaires, étaient venus pour l’occasion présenter l’un des produits les plus originaux du salon.

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois