Classement des négociants de vins français : Castel creuse l’écart avec les Grands Chais de France

29 octobre 2009 - Frédéric Guyard

C’est l’avantage d’avoir de la trésorerie à disposition. Castel et Boisset, qui possèdent tous deux un trésor de guerre considérable, ont été les plus réactifs sur le marché des acquisitions. Alors que le premier absorbait Selles, le second reprenait Antonin Rodet dans la foulée de Raymond Vineyard en Californie et de Gabriel Meffre en Vallée du Rhône. Des acquisitions majeures qui ne sont évidemment pas à la portée du premier venu. « Je devais recourir auprès des banques pour disposer des fonds nécessaires quand Boisset n’a eu qu’à puiser dans ses réserves personnelles, témoigne un opérateur qui s’était positionné sur le dossier de Rodet. J’ai vite compris que je ne pourrai pas lutter. »

Dans la course à la croissance externe que se livrent les opérateurs, Castel et Boisset possèdent indéniablement une longueur d’avance. La vente de ses eaux pour le premier et celle des spiritueux pour le second leur ont permis de disposer pour le vin de moyens conséquents afin de gagner rapidement des parts de marché. « Ce constat vaut d’autant plus pour Pierre Castel dont les fonds propres sont importants, témoigne un acteur de la filière. Pour Jean-Claude Boisset, même s’il vient de rentrer du cash, il a toujours été en mesure d’investir grâce à une excellente maîtrise de son endettement. »

Les Grands Chais de France ne semblent pas pouvoir en dire autant. Généralement très actifs sur le front des acquisitions, leur patron Joseph Helfrich perd peu à peu le rythme. « Son objectif reste d’étendre le champ d’action de son groupe mais pour l’instant, il faut digérer les nombreux investissements réalisés ces dernières années », commente un négociant. Selon de nombreux opérateurs, les rachats successifs en Loire (Vinival, Lacheteau) et à Bordeaux (Calvet) limiteraient la capacité du groupe alsacien à investir. Ce dernier a d’ailleurs dû laisser filer le dossier Selles alors qu’une implantation en Vallée du Rhône ne le laisse pas insensible. Et ce, même si l’outil industriel de Selles ne fait pas rêver.

Si les Grands Chais sont restés à l’écart, d’autres que Castel et Boisset sont passés à l’offensive ces dernières semaines. Jeanjean, avec l’intégration du chablisien Laroche, poursuit son plan de développement « 5ème Génération ». Cette opération s’inscrit dans « une stratégie de montée en gamme avec des vignobles et des marques de prestige », selon son président Antoine Leccia.

F. G.

Exclusif : le classement de tête remis à jour

Castel : 1,1 milliard d’euros

Grands Chais de France : 650 millions d’euros

Boisset : 265 millions d’euros

Jeanjean : 200 millions d’euros

Chiffres d’affaires annuels consolidés des différents groupes dans les vins. Ces données tiennent compte des dernières cessions et acquisitions.

Source : opérateurs et estimations Rayon Boissons

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois