Spiritueux

La Martiniquaise entre à son tour dans le capital de Belvédère

La Martiniquaise annonce avoir franchi le seuil des 5 % du capital du propriétaire de William Peel et Sobieski. Le groupe dirigé par Jean-Pierre Cayard rejoint Diana Holding et Castel parmi les nouveaux investisseurs. Se déclarant intéressé à long terme et soutenant l'équipe dirigeante, La Martiniquaise évoque déjà un partenariat industriel.

Jean-Pierre Cayard, PDG de La Martiniquaise, s'intéresse encore à William Peel, exactement cinq ans après avoir tenté d'acquérir la marque leader des scotchs. (Photo Rayon Boissons)

Nouveau coup de théâtre dans le dossier Belvédère. Alors même que l'assemblée générale du propriétaire de William Peel, Sobieski et Marie Brizard se tient demain, le 30 juin... La Martiniquaise s'intéresse de près à Belvédère ! Au point de détenir désormais plus de 5 % de son capital et des droits de vote comme annoncé dans un communiqué vendredi dernier. « Le groupe déclare ne pas agir de concert avec l'un des actionnaires de Belvédère ou un tiers », précise tout de suite la structure dirigée par Jean-Pierre Cayard.

Faisant certainement référence à la présence des groupes de boissons Diana Holding et Castel parmi les industriels de référence. Ce nouvel entrant semble d'ailleurs soutenir le conseil d'administration et peut apparaître comme un « chevalier blanc » face aux velléités parfois hostiles de Diana Holding et Castel.

Jusqu'où veut aller Jean-Pierre Cayard chez ce concurrent important sur le whisky et la vodka face à ses propres marques Label 5 et Poliakov ? Il envisage de « poursuivre les acquisitions de titres Belvédère sur le marché en fonction des opportunités sans toutefois souhaiter prendre le contrôle ».

Ce qui n'empêche pas le PDG de 72 ans de formuler déjà des demandes précises. A commencer par la sollicitation d'un administrateur, voulant être entendu avant la tenue le l'assemblée générale. Autre proposition concrète : « étudier l'intérêt d'un partenariat dans le domaine des approvisionnements et plus généralement du processus industriel ».

Pour sa part, le Monde daté d'hier dévoile que des discussions entre les dirigeants de Belvédère et La Martiniquaise durent depuis l'automne dernier. « Nous avons confié un mandat à la banque Rothschild en octobre 2014, car nous cherchions un groupe de spiritueux auquel nous adosser. Nous n'avons pas de rhum à notre gamme. Et nous voulons nous renforcer dans l'approvisionnement, en whisky par exemple, et pour mieux négocier avec les centrales d'achat de la distribution », indique Benoît Hérault, président du conseil d'administration de Belvédère, dans les colonnes du quotidien.

Ironie de l'histoire, il y a cinq ans exactement, La Martiniquaise était déjà sur le point de racheter les alcools de Marie Brizard et son fameux William Peel. Avant que cette proie ne lui échappe à la fin de l'été 2010. Jean-Pierre Cayard voudrait-il prendre sa revanche ?

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois