Portrait

Jacques Bellec, PDG de la brasserie Mira

18 octobre 2021 - Camille BOURIGAULT

À 60 ans, l’homme d’affaires breton a réalisé le rêve de sa vie : créer sa propre marque avec la bière Mira. Ce guitariste, passionné d’art, dirige en harmonie sa brasserie, son pub et son école de musique.

Le chef d'orchestre

C’est une petite rengaine qui n’a jamais vraiment quitté l’esprit de Jacques Bellec : « Un jour, je créerai ma marque. » Depuis quatre ans, le rêve du Breton s’est mis en musique. Non pas sur ses terres d’origine, près de Vannes (56), mais dans sa région d’adoption, le bassin d’Arcachon. Plus précisément à La Teste-de-Buch (33) où il a monté sa brasserie flambant neuve, Mira, en 2017. Un projet qui peut paraître étonnant pour cet autodidacte touche-à-tout ayant travaillé dans 
la restauration, la publicité, l’informatique et l’automobile, où il a bâti un empire de concessions au sein du groupe Renault-Nissan. « La bière, je suis tombé dedans un peu par hasard, avoue Jacques Bellec. C’est en découvrant la brasserie Nouvelle France au Canada en 2015 que j’ai eu le déclic. C’est un domaine qui s’accorde très bien avec la musique et le street art. »

Un concept de campus atypique

Il faut dire que le sexagénaire est un passionné d’art depuis toujours. Au point de créer, dans les locaux de sa brasserie girondine, un pub accueillant des concerts ainsi qu’une école de musique. « Beaucoup d’employés pratiquent un instrument ici, indique celui qui est lui-même guitariste. Il y a des cours gratuits pour eux. » Au-delà de ses activités de mécénat auprès d’artistes de différents horizons, notamment de street art, les projets de Jacques Bellec pour la brasserie s’enchaînent à un rythme effréné. Jusqu’ici dimensionnée pour une capacité d’un million de litres annuels, Mira devrait en produire le double dans deux ans. « Je vise même les 10 millions d’ici 10 ans », affirme celui que ses 40 employés décrivent comme « déterminé » mais aussi « rassembleur » et « à l’écoute ». « C’est comme en musique, jouer d’un instrument tout seul n’a aucun intérêt », illustre Jacques Bellec.
Ainsi, afin de pouvoir accueillir ses grandes ambitions et ses futurs musiciens de la bière, le patron a déjà écrit la suite de la partition. D’ici trois à quatre ans, il souhaite créer une fondation baptisée Campus Mira sur un second site de fabrication. Celle-ci sera naturellement composée d’une partie production et logistique mais aussi d’une école de formation brassicole et regroupera de multiples entreprises dans l’univers des liquides. « L’idée, c’est de construire un site totalement atypique, sur le plan architectural comme pour le reste, explique Jacques Bellec. Cela ressemblera un peu à une ruche. » Déjà diversifiée sur les softs, le gin et tout récemment le hard seltzer, la brasserie testerine a donc vocation à étendre de nouveau son champ d’activité. « Je pense qu’il y a beaucoup de choses à faire, notamment sur le vin et même au-delà, expose l’entrepreneur qui a beaucoup voyagé. Je suis persuadé que 30 % à 40 % des boissons que l’on boira d’ici 30 ans n’existent pas encore aujourd’hui. » 
Ses projets ne s’arrêtent pas là, puisque le pub de la brasserie Mira sera également développé en franchise dans les mois qui viennent. Une occasion supplémentaire pour l’amateur d’art d’exposer les travaux des street artistes qu’il parraine et admire, tel Mr Myl. En parallèle de ces nombreux projets, la gamme de bières continue elle aussi de s’étendre avec de nouvelles recettes engagées pour l’environnement comme trois IPA en canettes mettant les insectes à l’honneur ou encore des brassins bio. « J’aimerais passer notre production en 100 % bio d’ici deux ans », annonce Jacques Bellec. Seul bémol, l’insuffisance de matières premières locales certifiées. Mais pas de quoi freiner le tempo du chef d’orchestre qui donne le « la » à Mira.


« Les gens consommeront demain auprès d’entreprises qui partagent leurs valeurs. »

 

 

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois