Journal de bord d’un dry january (épisode 3)

24 janvier 2022 - Camille BOURIGAULT

Journaliste de la rédaction de Rayon Boissons, Camille Bourigault teste le dry january. Chaque lundi, elle vous raconte sa semaine et ses expériences de consommation sans alcool. Épisode 3 avec l'avant-dernière semaine du challenge, à nouveau riche de découvertes gustatives.

Jour 18 : Mardi 18 janvier 2022

Après ma bonne surprise avec Appie 0.0 % la semaine dernière, j’ai envie de remettre ça avec un verre de cidre. Cette fois, je teste la recette en canette signée Bulwark. Très claire, la boisson pétillante est différente d’un cidre traditionnel classique. On est sur une interprétation plus moderne, à la frontière entre le cidre et le hard cider selon moi. Peu sucré, cela se boit très facilement et le format canette est pratique à emporter en soirée, je retiens !

 

 

 

Jour 19 : Mercredi 19 janvier 2022

 

Aujourd’hui, direction Paris pour apprendre à réaliser des cocktails avec la marque de spiritueux sans alcool Lyre’s. Je suis étonnée par la largeur de la gamme : 15 produits allant du Dry London Spirit au White Cane Spirit en passant par l’American Malt. Des équivalents « zéro », vous l’aurez compris, du gin, du rhum blanc ou encore du whisky. « Avec cela, on peut reproduire 90 % des cocktails », m’explique-t-on. Je suis curieuse de voir ça ! On commence par le Spritz, celui-là même que j’avais testé lors de ma première semaine de dry january. À l’époque, même si j’avais trouvé le goût plaisant, je n’avais pas retrouvé les saveurs caractéristiques du Spriz. Mais cette fois, en respectant les doses et les consignes dispensées (oui, la première réalisation était peut-être un peu « freestyle » je l’avoue), je retrouve les notes typiques du cocktail italien. « L’équilibre est particulièrement important, plus encore qu’avec la version classique, pour bien retrouver le fruité et l’amertume du Spritz », me confirme-t-on. Nous préparons ensuite deux autres cocktails, plus complexes et très originaux. J’apprécie beaucoup mais je serai, je pense, incapable de reproduire ces recettes de barmen à la maison ! Je reviendrai au bar Drinks & Co, lors d’un prochain passage à Paris.

 

Jour 20 : Jeudi 20 janvier 2022

Apéritif pré-week-end : on décapsule une mousse de la marque Nolow. Ce fabricant de spiritueux sans alcool a développé une bière sans alcool produite dans le Nord. Pour ma part, je trouve le résultat très réussi car la bière est riche en goût, possède une belle amertume, un peu d’acidité et pas trop de sucre, ce que je déplore souvent. Mon conjoint, plus réfractaire à l’amertume, adhère un peu moins à la première gorgée. Mais il y revient et… descend toute la bouteille. Ça a l’air de lui plaire finalement !

 

Jour 21 : Vendredi 21 janvier 2022

Ce soir pour l’apéro, je me prépare un cocktail à base d’Osco, un apéritif sans alcool. Il est élaboré avec des plantes méridionales et du verjus, un extrait de raisins cueillis avant maturité qui apporte amertume et acidité. Je goûte tout de même l’apéritif seul par curiosité : c’est explosif ! Effectivement, il faut le diluer mais c’est prometteur. Je réalise un mélange avec du tonic. Les saveurs sont surprenantes, c’est différent de tout ce que j’ai pu goûter jusqu’ici. La complexité du produit fait oublier l’absence d’alcool. C’est un produit original que je prendrai plaisir à faire découvrir à mes amis.

 

Jour 22 : Samedi 22 janvier 2022

C’est parti pour une soirée entre copains ! Alors que tout le monde est au rosé ou à la bière, j’opte pour une petite bouteille de Festillant. L’avantage, c’est qu’avec le format individuel de 33 cl, je peux boire deux petits verres et, comme je suis la seule à consommer du sans alcool ce soir, je ne perds pas le reste de ma boisson comme c’est souvent le cas avec la bouteille 75 cl. C’est le dosage parfait car l’acidité que j’apprécie pour ces deux verres pourrait finir par me lasser. Je continue avec un punch à base du Dark Cane Spirit de Lyre’s et du jus de fruits type planteur. La jolie bouteille de « faux rhum » intrigue mes amis amateurs de spiritueux, qui le goûtent pur. Ils ne sont pas convaincus mais je leur rappelle que l’objectif est vraiment de préparer son cocktail, pas de le déguster comme un rhum vieux du Cuba avec un cigare dans son fauteuil… Cette base est en effet très peu sucrée, ce qui est appréciable une fois mélangée à des jus ou des sirops dans une recette. Qu’importe, ma motivation reste intacte car la fin du week-end approche et j’entre dans la dernière ligne droite. À lundi prochain !

 

 

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois