Exclusif : Intermarché en conflit avec Danone Eaux et Bardinet

25 août 2022 - Ugo BRUSETTI

Les deux fournisseurs de boissons n’ont pas réussi à s’entendre avec les Mousquetaires lors des renégociations commerciales. Résultat : leurs marques sortent progressivement des rayons de l’enseigne.

« Des hausses de prix à deux chiffres non justifiées ». D’après plusieurs adhérents Intermarché, voici la raison qui a poussé le distributeur à se passer des marques de plusieurs fournisseurs de boissons en cette fin du mois d’août. Cela intervient seulement quelques jours après le retour des produits d’Andros au sein des rayons, clamé haut et fort par l’enseigne. Cette fois-ci, Danone Eaux (Évian, Badoit, Volvic) et Bardinet (Old Nick, Sir Edward’s, Dillon, Negrita) sont concernées. Selon nos informations, la marque Kriter (Castel) serait également dans le viseur.

En magasins ou sur le drive, les manques sont déjà visibles. C’est particulièrement criant sur les eaux, où les rotations sont nettement plus importantes. Notre rédaction a pu constater des ruptures sur les packs de 6 x 1,5 l d’Évian et de Volvic ainsi que celui de 6 x 1 l de Badoit. Au rayon spiritueux, l’emplacement réservé à Old Nick était vide. Il ne restait plus grand-chose du côté de Sir Edward’s, autre poids lourd de Bardinet.

Ces absences n’ont rien de neutre. À titre d’exemple, il s’est écoulé respectivement 21,2 millions et 16,1 millions de packs de Volvic et d’Évian sur le premier semestre 2022 selon NielsenIQ cité par les Éditions Dauvers. Quant à Old Nick, elle demeure la deuxième marque de rhum la plus vendue en grande distribution. De son côté, Sir Edward’s pointe au 3e rang sur le très imposant marché des scotchs blends de moins de 12 ans. Face à cette situation, Bardinet n’a pas souhaité faire de commentaire. Interrogé par Rayon Boissons, Danone Eaux a officiellement réagi en adoptant un discours d’apaisement (voir ci-dessous). En espérant bien entendu trouver une issue favorable.

La réaction de Danone Eaux : « Nous sommes touchés par l’inflation et plus particulièrement par la hausse des coûts de l’énergie, du transport et des matières premières. La catégorie des boissons sans alcool y est particulièrement sensible en raison de la hausse des prix de l’emballage et du transport. Nos clients ont été informés dès fin avril en toute transparence de la hausse du coût des composants de nos produits et ont eu la possibilité de négocier ces hausses. Nous avons d’ailleurs conclu plusieurs accords avec nos autres clients, accords qui tiennent compte de nos impératifs économiques. Nous restons bien sûr à l’écoute de l’ensemble de nos partenaires, dans un esprit de dialogue et pour trouver les solutions qui conviendront à tous. »

 

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois