Spiritueux

Tout ce qu'il faut retenir des salons Liquid Passion

4 octobre 2021 - Ugo BRUSETTI

Durant deux jours, Amuse Bouche Events organisait quatre salons au Paris Events Center. Trois d'entre eux étaient dédiés aux spiritueux, à savoir Rhum Fest, France Quintessence et Paris Cocktail Festival. Rayon Boissons vous propose un tour d'horizon de ce qu'il fallait voir.

France Quintessence-Rhum Fest-PCF 2021

  • Lyre’s (BBC Spirits)

    Le plein de sans alcool

     

    Représenté par son directeur commercial, Guillaume Gerchenzon – ici accompagné du barman Eddy Mitteaux –, l’importateur-distributeur basé à Bordeaux est venu présenter la marque australienne Lyre’s. Soit une gamme de 13 sans alcool qui copient les grandes familles de spiritueux comme le gin, le whisky, le rhum, les apéritifs à base de vin, les liqueurs de café, d’amande ou encore l’absinthe.

  • Spirited Union (BBC Spirits)

    Une autre façon d’arranger le rhum

     

    Autre nouveauté de la société bordelaise présentée par Jules Megret, responsable de zone Nord, la signature néerlandaise Spirited Union. Cette petite société indépendante basée à Amsterdam redistille des rhums venus du monde entier pour les faire macérer avec des fruits et des plantes. On y retrouve les parfums coco, ananas-épices ou encore pamplemousse-rose. Titrant 38°, ils se rapprochent du segment des rhums arrangés.

  • Reimonenq et La Favorite (Macéo)

    Les îles du renouveau

     

    Commercialisées par Macéo en France métropolitaine, les marques guadeloupéenne et martiniquaise Reimonenq et La Favorite proposent deux nouveautés pour les GMS en cette fin d’année. Avec sa nouvelle étiquette fabriquée à partir de fibres de bagasse de canne à sucre et une identité visuelle retravaillée, Reimonenq accueille désormais un rhum blanc à 59° au format litre. La responsable achats, marketing et communication, Marie-Laure Guieysse, a également dévoilé le rhum ambré à 42° de la signature La Favorite.

  • Embargo (Les Bienheureux)

    Les épicés toujours tendance

     

    Après le whisky Lefort et le gin bio Acrobate, la société Les Bienheureux lance enfin son rhum épicé Embargo à destination de la grande distribution. Cet assemblage d’eaux-de-vie de canne de Trinidad et Tobago, du Guatemala et de Martinique auxquelles sont ajoutées des épices est actuellement proposé aux enseignes. Au salon Rhum Fest, les chefs de ventes cavistes Nicolas Rosolek et Ghislain de Revel ont également mis à l’honneur le rhum El Passador de Oro ou l’ovni Thoreau, assemblage de rhum et de cognac.

  • Plantation (La Maison du Whisky)

    La folie des grandeurs

     

    La marque de la Maison Ferrand ne cesse d’innover. Certaines des nouveautés étaient introduites sur le salon par l’ambassadeur de la marque Adrien Bureau (au centre). Parmi elles, les nouveaux millésimes issus de nombreuses origines comme l’Australie ou le Pérou. À venir également, une collection inédite intitulée single cask avec notamment deux expressions de rhums en provenance de Jamaïque et de Trinidad en partie vieillies dans des barriques ayant contenu de la bière Duvel.

  • HSE (Valois)

    Le fin des fins des finitions

     

    Dédiée au réseau cavistes, la collection des finish de la distillerie HSE a attiré beaucoup de monde au salon Rhum Fest. La dernière innovation en date se nomme port cask finish. Amélie Bellod, chargée de marketing opérationnel chez Valois, et Aurélien Lefebvre, chef des ventes HSE, en ont également profité pour mettre en avant la gamme d’arrangés, troisième meilleur lancement de l’univers des spiritueux en 2020 avec 2,4 millions d’euros récoltés lors des 12 premiers mois selon NielsenIQ.

  • Botran (Dugas)

    Le cinq en un

     

    Pour célébrer le 80e anniversaire de la distillerie guatémaltèque, fêté en 2019, la master blender Magda Lopez de Reyes a créé une cuvée spéciale avec un assemblage de rhums vieillis dans cinq fûts différents : chêne américain neuf, chêne américain toasté, sherry, porto et chêne blanc du Guatemala. Présenté dans une bouteille opaque noire aux formes généreuses, cette expression est vendue 89 €. Seuls 1 800 cols seront disponibles en France.

  • Txikiteo et Charmeval (Bruant Distribution)

    Bruant se lance dans la création

     

    Représenté par la responsable commerciale Céline Sanzée et le responsable communication, Benoît Favard, l’importateur-distributeur a présenté ses deux premières marques au public. A savoir une gamme de whiskies français et deux rhums. Baptisée Charmeval, la première propose des finitions différentes, notamment dans des fûts ayant contenu du bourgogne blanc ou du banyuls. La seconde, conçue à partir d’un assemblage de rhums dominicain, vénézuélien et jamaïcain, se nomme Txikiteo.

  • La Fabrique à Alcools

    Une palette élargie

     

    Très présents dans les magasins de la région parisienne notamment, le gin et la vodka de La Fabrique à Alcools sont désormais accompagnés de whiskies et de rhums arrangés. Si le co-fondateur de la distillerie basée à Pecqueuse (91), Christophe Astorri, était surtout venu présenter son whisky Alliage, réservé au réseau traditionnel, il n’a pas oublié de mentionner les deux versions dédiées aux GMS, à savoir Chevreuse, un single malt, et Fromenteau, avec son finish en fûts de rivesaltes. L’occasion aussi d’évoquer sa gamme de rhums arrangés, lancée cette année.

  • Distillerie de la Seine

    Du pastis normand

     

    Le directeur de la toute nouvelle Distillerie de la Seine, créée il y a seulement trois mois, Manuel Bouvier (à droite), a dévoilé sa collection, notamment un pastis produit au Havre (76). Parmi la trentaine de plantes utilisées pour confectionner le produit, plusieurs sont originaires du Nord comme la fleur d’angélique. Pour son gin, il s’est contenté de deux principalement, à savoir l’ortie et l’estragon.

  • Distillerie du Mont-Blanc

    De la bière au gin

     

    Directeur de la brasserie-distillerie du Mont-Blanc, Sylvain Chiron, présent au salon aux côtés de la directrice marketing Marie-Sophie Freychet, a pu présenter son gin, premier spiritueux lancé par l’entreprise savoyarde. En attendant de sortir des whiskies dans les prochains mois, Sylvain Chiron a développé durant deux ans un gin dans la plus pure tradition. Estampillé AB et distillé dans des alambics Stupfler à la manière d’un london dry gin, le produit s’insère sur un segment ultra-premium avec un PVC de 39 €.

  • Anaé (Bollinger Diffusion)

    La norme bio à l’honneur

     

    A l’image de Pauline Raffaitin, créatrice du gin Anaé pour le compte de Bollinger Diffusion, ils étaient nombreux au salon France Quintessence à porter haut les couleurs du gin. La plupart ont fait le choix du bio. C’est donc le cas d’Anaé, produit à partir d’une base vinique et de huit ingrédients. Réalisé avec l’aide du maître de chai de la maison de cognac Delamain, ce gin bio Anaé veut se faire un nom sur les circuits CHR et cavistes.

  • 30&40

    Double ration de pommes

     

    Pour revigorer l’eau-de-vie normande, la marque 30&40 co-créée par Vincent Béjot (à droite) a eu l’idée originale de lancer un apéritif appelé double jus. Il résulte de l’assemblage de calvados avec du moût de pommes avant un vieillissement en fûts de chêne. Titrant 23°, ce produit est conçu pour les cocktails, notamment le spritz normand avec un effervescent, ou encore chaud, avec du thé au cidre.

  • Distillerie G. Miclo

    L’Alsace prend racines

     

    Habitué du salon France Quintessence, Bertrand Lutt-Miclo, responsable commercial de la société éponyme, a dévoilé le nouveau packaging de la gamme de whiskies Welche’s ainsi que le dernier-né de la collection, à savoir un single malt non tourbé vieilli en fûts de bourgogne. L’occasion également de présenter un nouveau gin forestier, réalisé avec des plantes récoltées localement.

  • Escale (Tessendier Distribution)

    L’apéritif italien à la française

     

    Cette édition 2021 de France Quintessence était clairement placée sous le signe de la jeunesse. Une multitude de néo-entrepreneurs s’étaient donnés rendez-vous pour présenter des spiritueux mûris durant la crise du covid. C’était le cas de Thibault Feniou et Vincent Assié, qui ont récemment lancé Escale, deux liqueurs à 15° réalisées à la manière des grands apéritifs italiens. De quoi franciser le spritz et viser une scène cocktails toujours en quête de nouveautés.

  • The Bordeaux Distilling Company (Free Spirits Distribution)

    Bordeaux, c’est l’Amérique !

     

    Co-fondateur de The Bordeaux Distilling Company, qui produit notamment la vodka Sauvelle, Antoine Gravouil a souhaité prendre le contre-pied de tous les whiskies français apparus ces dernières années en confectionnant un rye whiskey à l’américaine. Toujours en phase de vieillissement, ce produit n’a pu être présenté que dans une version âgée de neuf mois seulement. Il faudra attendre février 2023 pour avoir le résultat final.

  • Stolichnaya (CBH)

    La seconde vie des aromatisées

     

    L’importateur-distributeur CBH, représenté par son directeur Benoît Combrexelle (au centre à droite) et son nouveau responsable comptes clés grande distribution, Thomas Mégnin, a parfait son image sur plusieurs stands du Paris Cocktail Festival, via la marque de vodka Stolichnaya notamment. Avec l’une de ses versions phares à la vanille, celle-ci entend bien jouer les trouble-fête dans les mois à venir sur un segment des aromatisées en pleine renaissance.

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois