Nouvelle appellation

Les côtes de Bordeaux entrent en scène

14 avril 2008 - Yves Denjean

L’AOC côtes de Bordeaux devient enfin une réalité ! Sur le millésime 2008, les premières côtes de Blaye s’appelleront désormais côtes de Bordeaux Blaye. « Le comité national de l’INAO devrait donner son accord final en août prochain. Au plus tard, le décret devrait être signé par le ministre en octobre 2008, explique Christophe Château, directeur de l’Union des côtes de Bordeaux. Nous sommes aujourd’hui en discussion avec la DGCCRF pour inscrire cette nouvelle mention sur le millésime 2007. » Lancé en 2005, ce projet visant à unifier l’ensemble des AOC côtes sous la même bannière n’a pas été un long fleuve tranquille. L’appellation de côtes de Bourg après plusieurs mois de tergiversations n’a pas voulu suivre les autres AOC dans cette aventure. Du coup, ce changement concerne les premières côtes de Blaye, les côtes de Castillon, les côtes de Francs et les premières côtes de Bordeaux. Dans la nouvelle segmentation, cette dernière sera identifiée en tant que côtes de Bordeaux cadillac, commune qui possède la plus forte notoriété sur l’aire de l’appellation. Sans oublier que cette dénomination fait référence à une appellation de vin blanc liquoreux.« La création de cette AOC va ainsi clarifier notre offre en segmentant notre production », précise Christophe Château. Cette appellation va évoluer autour d’un socle commun générique baptisé côtes de Bordeaux. « Sur la pyramide, cette AOC se positionne au-dessus de l’appellation bordeaux générique avec des conditions de production plus contraignante, poursuit le directeur de l’Union des Côtes de Bordeaux. Mais les vignerons ont également le choix de produire des vins plus qualitatifs répondant à un cahier des charges plus exigeant sous la mention des cotes de Bordeaux Blaye, Castillon, Cadillac, Francs… » Cette nouvelle articulation permettra ainsi au négoce bordelais de commercialiser sous l’appellation côtes de Bordeaux des vins génériques issus des quatre différents vignobles. Mais les producteurs espèrent surtout gagner en lisibilité sur les marchés internationaux en s’appuyant sur le « bordeaux », mention beaucoup plus porteuse que Blaye ou Castillon. L’enjeu est de taille ! Si les côtes de Bordeaux jouissent d’un certain succès en France, ils ont en effet beaucoup plus de mal à percer à l’export. Selon l’Union des côtes de Bordeaux, 10 % des 700 000 hl produits par ces vignobles sont écoulés en dehors de l’Hexagone. Soit trois fois moins que la moyenne totale des vins de Bordeaux (33 %). Les producteurs des Côtes de Bordeaux ont encore du pain sur la planche.

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

  • L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
  • L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois