Jacques Dupont, journaliste vins au Point

« Un guide des vins, c'est chiant comme la pluie ». L'auteur de cette entrée en matière est aussi celui qui vient tout juste de publier... « Le Guide des Vins de Bordeaux. » Il convient donc de lire rapidement la suite. « C'est pourquoi j'y ai mis beaucoup d'humour et de très nombreuses anecdotes sur la vie des châteaux et les hommes qui la composent. » Jacques Dupont, journaliste au Point, n'a pas son pareil pour faire la promotion de son ouvrage tout frais sorti de l'imprimerie. Il n'a pas non plus beaucoup d'alter-ego pou parler des vins de Bordeaux et des propriétés. Avec près de 3 000 vins dégustés tous les ans dans le vignoble girondin, à chaque fois dans les châteaux, ce Bourguignon d'origine s'est parfaitement acclimaté aux rouges bordelais et à ceux qui les font. « Pour moi, la marque d'un vin est celle de l’homme ou de la femme qui l'élabore, explique le journaliste. Plus que le terroir, c’est l’emprunte de l’homme qui doit dominer. » Une affaire de personnes en somme. Cette conviction anime sans cesse Jacques Dupont. Et à 60 ans, dont 25 années passées à arpenter les vignes, il paraît tout à fait légitime d’avoir des partis-pris.

Dans son ouvrage, la première phrase de l’introduction illustre parfaitement son état d’esprit : « ce livre n’est pas objectif. » Même s’il déguste au maximum à l’aveugle, il relève autre choses que des arômes. Son guide est en quelque sorte la compilation des vins « intelligents, sensibles, en proie aux doutes et, surtout, qui donnent envie. » Des qualificatifs qui sortent des sentiers battus mais qui prennent sens avec Jacques Dupont : « avant d’être le produit d’une rencontre d’ un coteau ou d’un versant avec une exposition ou un climat, le vin est d’abord, avant tout, un choix humain. (sic) » Pour arriver à un tel degré d’analyse, encore faut-il connaître les châteaux de l’intérieur.

Les foires aux vins dès 1994

Journaliste « tout terrain » à l’époque où la presse explore tout ce qui peut l’être dans les années 1980, Jacques Dupont se rapproche du vin en 1986. Pas de formation spécifique mais une « certaine culture du produit qui m’a toujours attiré », raconte simplement l’intéressé. Avec comme ligne éditoriale simple et efficace de « conseiller les gens », c’est chez Gault et Millau qu’il fait ses débuts. Et c’est aussi pour ce titre qu’il réalise avec Olivier Bompas le premier guide foires aux vins en GMS. On est en 1994 ! Tout est alors à défricher. Récupérer la sélection des enseigne, trier les vins, ressortir les meilleurs, rédiger… « On allait piquer les catalogues à la sortie de l’imprimerie car les enseignes ne voulaient pas communiquer leurs offres », aime se souvenir le journaliste.

Et pour cause ! A l’époque, il est bien le seul à croire aux foires aux vins en grande distribution alors que les autres titres de la presse craignent une réaction des cavistes et des grands châteaux, leurs principaux lecteurs et annonceurs. Quelques années plus tard, le sujet deviendra un marronnier du mois de septembre dans la quasi-totalité des médias au même titre qu’un spécial immobilier.

VIP au château Margaux

Mais Jacques Dupont ne craint pas la concurrence. Sans doute parce qu’il ne fonctionne pas comme les autres. Intégré à la rédaction du Point depuis 1999, il a d’abord dû prouver l’intérêt de consacrer une rubrique vins dans un « news » magazine. D’autant plus que sa méthode de travail a un coût. Au frais de son journal, comme il tient toujours à le souligner, il part chaque année explorer le vignoble français.

C’est toutefois à Bordeaux qu’il passe le plus clair de son temps, son comparse Olivier Bompas s’occupant d’explorer d’autres contrées. « Lors de mes tournées, j’appelle les propriétaires quelques heures avant de passer les voir pour déguster leurs vins », explique Jacques Dupont. De ces innombrables rendez-vous, il retire plusieurs dizaines de milliers de commentaires de dégustation et une connaissance des propriétaires bordelais qui semble sans fin. « Au début, il a fallu se faire un nom auprès des vignerons mais tout cela demeure très fragile, note avec humilité Jacques Dupont. L’accueil ne serait pas le même si j’étais journaliste à la gazette de Nevers plutôt qu’au Point. »

Il n’empêche. Pendant que le reste de la presse se masse dans les châteaux girondins pendant la semaine des primeurs organisée par l’Union des Grands Crus, il en profite pour aller voir les « petits ». Une fois l’agitation passée, il est par exemple reçu au château Margaux pour une dégustation privée du dernier millésime. Si Le Point apporte incontestablement du crédit au journaliste, c’est à ce genre de « détail » que l’on peut mesurer la reconnaissance de l’homme par le microcosme bordelais.

Frédéric Guyard

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois