Portrait de Nicolas Chabanne, fondateur de C’est qui le patron ?!

30 septembre 2020 - Magali Monnier

En période de crise ou non, Nicolas Chabanne multiplie les initiatives dont le maître-mot demeure la solidarité. Mais pour défendre le collectif avec passion, il n’y a pas meilleur ambassadeur que lui. Un porte-parole haut en couleur.

C’était une évidence. Nicolas Chabanne et son équipe ont créé un fonds de solidarité afin de venir en aide aux personnes qui souffrent de la situation liée au Covid-19. La marque du consommateur y reverse ainsi tous les bénéfices supplémentaires liés à la ruée des Français dans les magasins. « On ne peut pas garder les gains additionnels alors qu’ils proviennent de la crise », justifie Nicolas Chabanne. Initié par les producteurs de lait, le mouvement a été suivi par plusieurs grands acteurs tels que Panzani, LSDH ou encore Carrefour. 850 000 € ont été collectés en quelques semaines. À plus long terme, C’est qui le patron (CQLP) s’engage à reverser 1 % de ses revenus pour faire perdurer ce fonds de solidarité.
Et le fondateur de la marque ne s’arrête pas là. Il profite du lancement du service de livraison groupée de ses produits pour venir en aide aux commerces en difficulté. Ces derniers se transforment en point de livraison pour les commandes réalisées en ligne par les consommateurs qui ont parfois du mal à trouver les produits CQLP en grande distribution. 
Le commerçant récupère ensuite la marge réalisée. « L’engouement est tel qu’il est certain que ce concept va perdurer par la suite », s’enthousiasme Nicolas Chabanne.

Aider ses copains producteurs

Ces initiatives s’inscrivent totalement dans l’ADN de la marque du consommateur mais également dans celui de son patron. Même si, en toute modestie, ce dernier répondra qu’il s’agit avant tout du bon sens collectif. « Il faut oublier Nicolas Chabanne, lance le quinquagénaire. C’est qui le patron, ce sont 14 millions d’acheteurs en quatre ans. C’est bien au-delà de nous. » Qualifié de « bon communicant », il ne se présente que comme le porte-parole. « Je ne fais pas de la communication au sens technique, c’est juste du partage de valeurs. Et je le fais avec mes tripes ! », explique Nicolas Chabanne. Quitte à rogner sur sa vie privée. « C’est vrai que je prends beaucoup la parole mais cela ne me pèse jamais de témoigner, confie-t-il sincèrement. Lorsque je travaille le week-end pour aider, ne serait-ce qu’un seul producteur, c’est avec le retour de son sourire que je suis payé mille fois de tous ces efforts. C’est ça mon moteur ! »
Et c’est justement une histoire de rémunération qui a plongé ce passionné dans le bain de la solidarité. Alors qu’il travaillait à la communication au sein de la Confrérie de la fraise de Carpentras, cet enfant du pays a souhaité aider ses copains producteurs de fraises locales qui n’arrivaient pas à les valoriser face à l’afflux des concurrents espagnols. L’idée du label « Les petits producteurs » était née. Le principe consiste à apposer la photo du producteur sur les barquettes de fruits afin de leur garantir une meilleure rémunération.
Une fois lancé, il ne s’arrête plus. En 2013, il initie le mouvement des « gueules cassées ». « Lorsque j’ai vu qu’ils jetaient des fruits extra mais qui étaient juste biscornus, on a décidé, tous ensemble, d’agir. Et ça a toujours été tous ensemble », insiste-t-il. Quelques années plus tard, c’est la marque C’est qui le patron qui voit le jour pour aider cette fois-ci les producteurs de lait. « On n’a pas créé quelque chose juste pour dire qu’on l’a fait. On l’a créé parce qu’il fallait absolument faire quelque chose », rappelle Nicolas Chabanne. Aujourd’hui, on compte au total 37 produits créés par les consommateurs dont un jus de pomme et un beaujolais. Concernant sa vision du monde d’après-crise, Nicolas Chabanne est convaincu « qu’il sera l’expression de ce qu’on voudra en faire tous ensemble. On a désormais les moyens de se faire entendre simplement et rapidement. » Ce sont surtout les enjeux collectifs qu’il met en avant. « Il faut s’associer, mutualiser les moyens et les énergies positives », déclare Nicolas Chabanne qui promet que la suite sera passionnante.

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois