Portrait

Serge Papin, Président de Système U

Le patron des Nouveaux Commerçants peut savourer les très bons résultats de son groupement. Système U a atteint le cap symbolique des 10 % de part de marché en 2012. L’objectif de son premier mandat de président est atteint mais de nouveaux défis attendent Serge Papin.

Serge Papin a désormais en ligne de mire le seuil de 12 % de part de marché d'ici la fin de son mandat de président en 2018. (Photo REA)

Le patron des Nouveaux Commerçants peut savourer les très bons résultats de son groupement. Système U a atteint le cap symbolique des 10 % de part de marché en 2012. L’objectif de son premier mandat de président est atteint mais de nouveaux défis attendent Serge Papin.« Résultat dernière période 2012, meilleur score de l’année pour Système U : + 0,8 point de pdm à 10,1 % cumul annuel mobile 10 %. »

Serge Papin est ainsi. Il n’a pas pu s’empêcher le 16 janvier dernier d’annoncer en avant première sur son compte Twitter les performances du groupement qu’il préside. Quelques jours plus tard, il présente à la presse des résultats annuels particulièrement flatteurs : un chiffre d’affaires de 17,8 milliards d’euros en hausse de + 11 %, un gain de 400 000 clients sur l’année 2012 et donc le franchissement des 10 % de part de marché dans la distribution alimentaire. « Quand on parlait d’atteindre cet objectif il y a une dizaine d’années, tout le monde avait le sourire en coin pensant qu’on n’y arriverait jamais », avait confié Serge Papin dans une vidéo diffusée sur le blog d’Olivier Dauvers en octobre 2011.

Ce fils d’associé vendéen, lui-même propriétaire d’un Super U, aura largement contribué au succès de Système U ces dernières années. Arrivé à la tête du groupement en 2005, il a poursuivi la politique de modernisation du parc de magasins initiée par son mentor Jean-Claude Jaunait. Mais son principal fait d’armes sera le ralliement des Coop de Normandie, de Mistral et, en janvier 2012, des Coop Atlantique à la barbe de Carrefour. « Serge Papin est un fin négociateur et il a cette capacité à convaincre les distributeurs qui veulent conserver leur indépendance », indique un associé U.

Le président des Nouveaux Commerçants ratera de peu le grand chelem en se faisant doubler sur le fil par Leclerc sur le dossier des Coop d’Alsace. « Certainement un mal pour un bien au regard des difficultés de la coopérative alsacienne », remarque un observateur. Serge Papin a désormais en ligne de mire le seuil des 12 % de part de marché. Un objectif atteignable qui passera par une nouvelle alliance. Le président de Système U ne s’en cache pas. Il a fait à plusieurs reprises un appel du pied aux frères Bourriez, patrons des enseignes Cora et Match. Lors de son premier mandat, Serge Papin, qui se qualifie lui-même de « porte-parole d’une communauté de commerçants », a réussi le tour de force de positionner Système U dans le champ médiatique.

Si certains jugent sa présence un peu trop exagérée, ses collègues associés le laissent sur le devant de la scène pour mieux travailler sous la baguette de Guillaume Darras, délégué général de Système U. « En interne, Serge Papin aura aussi incité les associés à plus s’impliquer dans la centrale nationale », reconnaît le propriétaire d’un Super U breton. Pour son second et dernier mandat, le patron des Nouveaux Commerçants devra toutefois relever des défis difficiles. A commencer par celui du drive. Si Système U compte plus de 500 unités, le modèle, surtout développé sur le picking en magasins, reste à parfaire afin d’améliorer la productivité et la rentabilité de ce canal de distribution. Autre défi : Télémarket. L’enseigne parisienne de e-commerce rachetée en 2011 par Système U ne s’avère absolument pas rentable. « On est en croissance de chiffre d’affaires mais le modèle est encore à construire, reconnaît Serge Papin. On sera à l’équilibre en 2014. » Il n’empêche : cet investissement porté par le groupement, via Expan U, ne manque pas de faire grincer des dents en interne.

Enfin, Serge Papin devra redoubler de vigilance au niveau des équilibres internes de son groupe. « Les Hyper U prennent de plus en plus de poids, constate un associé. Ces derniers peuvent lutter face à Leclerc, ce qui n’est pas le cas de tous les Super U. Le danger est de faire comme Intermarché en créant un groupement à deux vitesses. » Porte-parole de groupement, Serge Papin se veut aussi le garant de la cohésion des associés U. Il a encore du pain sur la planche.

Yves Denjean

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois