Adobe Stock

Bilan

Et les gagnants de la crise sont…

11 mai 2020 - Magali MONNIER

Nielsen fait le point sur les marchés qui ont vu leurs ventes augmenter depuis le début de la crise du coronavirus. Croissance des supermarchés et du e-commerce, dynamisme des MDD, maintien du bio, du local et hausse des machines à sodas. Zoom sur les données du panéliste.

Circuits : supermarchés et e-commerce, les grands gagnants

7,4 millions de foyers ont acheté au moins une fois par mois un produit de grande consommation en ligne. Un an plus tôt, ce chiffre n’était que de 4,9 millions. Bon nombre de ces foyers, séduits par la pratique, garderont cette habitude après la crise. L’occasion de faire profiter les boissons d’une belle croissance online alors que les ventes ne sont pas au rendez-vous en magasins. Les alcools ont par exemple doublé en e-commerce mais chutent de – 6 % en magasins (données arrêtées au 26 avril 2020).

Source : Nielsen Homescan au 26 avril 2020

Les supermarchés sont aussi les grands gagnants de cette période particulière, avec une hausse de + 13 % de leurs ventes. Système U et Intermarché ont ainsi gagné des parts de marché et possèdent des atouts à faire valoir pendant cette crise (poids élevé des MDD, équipement drive important, sur-performance sur l’offre TPE/PME, etc.). A l’inverse, les enseignes d’hypermarchés à l’instar de Carrefour ou d’Auchan ont perdu des parts de marché. Plus les magasins sont grands, plus la perte de chiffre d’affaires est élevée (cf. graphique). Le circuit des hypermarchés est le seul à voir son chiffre d’affaires baisser pendant le confinement (- 6 %).

Sources : Nielsen Total Store Read du 16 mars au 19 avril 2010

 

Marques : dynamisme des MDD et des petits groupes

Pendant le confinement, les MDD ont été plus dynamiques que les marques nationales sur la majorité des rayons (cf. graphique). L’écart de points de croissance entre ces deux propositions est de + 4 points pour les boissons sans alcool alors qu’il était de - 2 points avant le confinement. Par contre, les MDD de spiritueux n’ont pas bénéficié de cette dynamique puisque l’écart reste au même stade qu’avant la crise avec un écart de 2 points en faveur des marques nationales. Sur ce même segment, les PME gardent leur écart de croissance avec les grands groupes (19 points supplémentaires pour les petites structures). A l’inverse, côté sans alcool, l’écart de croissance entre les PME et les grands groupes a été accentué. Il n’était que de - 4 points avant la crise et a chuté à - 18 points pendant le confinement, en faveur des grands groupes (cf. graphique).

Source : Nielsen ScanTrack au 26 avril 2020 - Hypers, Supers, SDMP, Drive et Proximité

Source : Nielsen ScanTrack au 26 avril 2020 - Hypers, Supers, SDMP, Drive et Proximité

 

Produits de grande consommation : maintien du bio, du local et hausse des machines à sodas

Les tendances du « consommer mieux » se sont accentuées pendant la crise et devraient continuer après cette période. Le chiffre d’affaires des produits bio a par exemple bondi de + 25 % pendant le confinement quand l’offre conventionnelle a progressé de + 8 %. L’écart est d’autant plus important en magasins de proximité où le bio a progressé de + 50 % contre + 26 % pour le conventionnel. Le bio n’est pas la seule tendance à avoir subsisté. L’origine française ou locale a été plébiscitée par 63 % des citoyens depuis le début de la crise.

Source : Nielsen ScanTrack - période de confinement = du 16 mars au 26 avril - HMSM + SDMP + Proxi + Drive

 

Sources : Nielsen ScanTrack - période de confinement = du 16 mars au 26 avril / Nielsen Homescan au 26 avril 2020

(*) source Gfk de S11 à S13 (offline + online)

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois