Distribution

Coronavirus : Leclerc d'accord sur la prime mais demande des précisions à Bercy

24 mars 2020 - Yves DENJEAN

Michel-Edouard Leclerc a annoncé sa volonté de verser une prime exceptionnelle aux salariés des entrepôts. Il en profite pour demander une clarification au ministère de l’Économie et des Finances sur les conditions de son attribution pour les employés des magasins et des drives.

Le groupement Leclerc a réagi ! Son emblématique porte-parole Michel-Edouard Leclerc (MEL) a pris la parole hier soir sur son blog. « Il a été décidé entre la plupart des distributeurs qu’une prime de 1.000 euros pourrait récompenser les personnels de terrain mobilisés dans cette crise, et qui permettent le ravitaillement de millions de Français pris de panique, souligne MEL. Les adhérents du Mouvement E.Leclerc accorderont évidemment cette prime aux salariés des entrepôts et bases logistiques des 16 coopératives régionales de l’enseigne. »

Le distributeur suit ainsi la position de ses concurrents indépendants Intermarché et Système U. MEL demande aussi aux adhérents du groupement de faire de même. Toutefois, il profite de l’occasion pour interpeller indirectement Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances. Ce dernier a été à l’initiative du versement de la prime entièrement défiscalisée dans le cadre de l’accord d’intéressement. « Concernant les magasins, l’enseigne invite le gouvernement à préciser les conditions juridiques et fiscales de ces dispositifs (c'est très flou à l'heure actuelle, précise MEL. Les 650 magasins indépendants du réseau E.Leclerc définiront, en fonction de leur statut et de leur politique sociale, les modalités d'organisation d'une juste gratification, en veillant toutefois à ce que ne soient pas sacrifiés les accords historiques de participation et d’intéressement auxquels ont droit les salariés (jusqu’à 25% des bénéfices avant impôts dans la plupart des magasins) et qui sont un avantage social lié au contrat d’enseigne. » Toutes les points de vente du groupement ne disposent pas en effet d’un accord d’intéressement ce qui peut engendrer des conséquences importantes pour les salariés en termes de fiscalité.

Une problématique que semble prendre en compte les services de Bruno Le Maire interpellé sur le sujet par les représentants de plusieurs secteurs d’activité comme l’agroalimentaire et le BTP. Selon le Parisien : « Bercy va changer les règles concernant la prime de 1000 euros défiscalisée. Le ministère de l'Économie et des Finances a en effet décidé, avec le ministère du Travail, de « reporter pour trois mois » l'obligation pour l'employeur d'avoir un accord d'intéressement au sein de l'entreprise, condition requise en 2020 pour verser ce coup de pouce aux collaborateurs. » Pour l’heure, les acteurs entendent de voir les nouvelles règles d’attribution qui seront prochainement dévoilées. En cette période difficile, le gouvernement adopte en effet une posture plutôt conciliante. Une nouvelle rassurante pour l’ensemble des salariés de Leclerc, Intermarché, Système U… et les autres qui ne travaillent pas dans des grands groupes.

 

 

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois