Conflit commercial

Coca-Cola contraint par la justice de livrer Intermarché

17 janvier 2020 - Frédéric Guyard

Saisi par Intermarché, le tribunal de commerce de Paris vient d’ordonner à Coca-Cola European Partners de livrer à nouveau le distributeur sur la base des accords de 2019. Les deux parties ont livré à Rayon Boissons leur position officielle.

Ben Lambrecht, président de Coca-Cola  European Partners, et Thierry Cotillard, président d'Intermarché

L’affaire Coca-Cola/Intermarché est décidemment riche en rebondissements. Alors que Coca-Cola European Partners (CCEP) a stoppé ses livraisons auprès du distributeur depuis le 2 janvier, faute de nouvel accord commercial, le numéro un des soft-drinks en France vient d’être sommé par la justice de reprendre du service. Un référé du tribunal de commerce ordonne en effet à CCEP de livrer à nouveau Intermarché sans délai, assorti d’une amende de 460 000 € par jour de retard à compter de l’information par Intermarché à CCEP du jugement prononcé hier. Autrement dit, le trafic devrait reprendre dès le début de la semaine prochaine entre les deux protagonistes sur la base des accords commerciaux précédents en attendant de nouvelles conditions, au plus tard le 1er mars.

Extrait de l'ordonnance du Tribunal de commerce de Paris en date du 16/01/2020

Si Intermarché se réjouit de cette décision et que CCEP cherche à en atténuer la portée, les deux parties se satisfont globalement des nouvelles perspectives qui s’offrent à leurs équipes. Les discussions, qui n’ont en réalité jamais été rompues entre les deux parties, vont en effet pouvoir reprendre dans un climat moins tendu et surtout porter sur les négociations 2020.

D’après les informations exclusives de Rayon Boissons, Intermarché souhaite réduire très sensiblement le nombre de références de CCEP dans ses magasins, passant de plus de 90 articles à moins de 50. Une baisse conséquente que l’industriel veut bien évidemment éviter afin de ne pas créer de précédent dans lequel d’autres distributeurs pourraient s’engouffrer. En réponse, l’équipe commerciale de Coca-Cola joue la carte de la hausse des tarifs sur l’ensemble des produits pour refroidir les ardeurs des Mousquetaires. Une situation classique de négociations où les deux parties devront trouver un point de convergence. Elles leur restent plus que 43 jours pour trouver un accord. Le compte à rebours est lancé…

 

La réaction officielle de Thierry Cotillard, président d'Intermarché

« L’important c’est que le juge condamne Coca Cola, sous astreinte financière, à reprendre immédiatement les livraisons. Mon souci, ce sont les points de vente Intermarché qui sont dans la difficulté du fait de l’agression commerciale de Coca Cola. Merci à tous les chefs d’entreprise Intermarché d’avoir supporté cette situation. Nous nous félicitons que le juge nous donne la liberté de mettre en œuvre nos choix en faveur du « mieux manger ». Nous nous félicitons aussi que le juge nous donne la liberté de définir nos assortiments afin de faire de la place dans nos rayons à des boissons plus saines … tout en laissant aux consommateurs la liberté de faire leur choix. Notre volonté n’a jamais été d’arrêter de vendre du Coca Cola, mais bien de faire plus de place dans nos rayons, pour vendre à la fois du Coca Cola et des alternatives plus saines, généralement issues de PME et fabriquées en France. Nous avons vu les déclarations de Coca Cola et nous espérons que leur volonté affichée de trouver un accord avec Intermarché est réellement sincère. »

 

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois