Rachat : Orangina et Schweppes bientôt entre les mains du japonais Suntory

10 septembre 2009 - Lea Lesurf

Le groupe de boissons japonais Suntory négocie actuellement le rachat d’Orangina-Schweppes avec ses propriétaires, les fonds d’investissements anglo-saxons Blackstone et Lion Capital. Un accord pourrait être trouvé dès cette semaine selon le quotidien Wall Street Journal. La transaction s’élèverait à 2,6 milliards de dollars. Soit 1,8 milliard d’euros.

Un rachat de plus dans l’histoire secouée d’Orangina. Créée par la famille Béton en 1936, la boisson aux fruits gazeuse est passée en 1984 aux mains du fabricant de spiritueux Pernod Ricard, puis sous le giron de Cadbury-Schweppes en 2001. Rebaptisé Orangina-Schweppes en 2003, le pôle boissons du confiseur anglais est finalement repris, trois ans plus tard, par les fonds d’investissements Blackstone et Lion Capital pour 1,85 milliards d’euros.

Aujourd’hui, Orangina-Schweppes est le deuxième fabricant de boissons sans alcool sur le marché français, derrière Coca-Cola Entreprise. En 2008, le groupe a réalisé 350 millions d’euros de chiffre d’affaires en GMS. Ses signatures phares, Orangina, Schweppes, Oasis font partie du top 5 des ventes de soft-drinks en hypers et supers. L’opérateur est également présent sur le marché des jus de fruit ambiants, avec la marque Pampryl et sur celui des sirops avec Pulco, racheté en 2007 à Marie Brizard.

Pour Suntory, l’enjeu est de taille. Face au recul de ses marchés domestiques, le groupe de boissons d’origine japonaise est contraint de chercher de nouveaux relais de croissance. En diversifiant ses gammes de produits d’une part, en élargissant sa présence à l’étranger d’autre part. Ainsi, l’an dernier, Suntory avait repris pour 600 millions d’euros le leader océanien des boissons énergisantes Frucor, une ancienne filiale de Danone. Il négocie actuellement sa fusion avec Kirin, le numéro un de la bière au Japon. Prévu pour la fin de l’année 2009, ce mariage donnerait naissance à un nouveau géant mondial de l’agroalimentaire, aussi gros que Kraft ou PepsiCo.

Suntory n’est toutefois pas le premier investisseur japonais à mettre les pieds en France. En 2008, Pierre Papillaud s’est associé au spécialiste nippon des aliments santé Otsuka pour reprendre les parts du négociant de vin Castel dans le groupe d’eaux embouteillées Alma (Cristaline, Thonon, Saint-Yorre, Célestins). A qui le tour ?

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois