Le hard-discount marque durement le coup dans les boissons

2 décembre 2010 - B. Moreau

Le pack de 6 x 33 cl ne suffirait plus pour rivaliser avec Leclerc et consorts. Selon des informations recueillies par Rayon Boissons, Lidl voudrait vendre le PET 1,5 l de Coca-Cola regular. Rien de moins que la première référence en volume au rayon liquides des hypers et des supermarchés avec environ 130 millions de bouteilles écoulées sur une année. Pour l’instant, Coca-Cola Entreprise résisterait à la tentation, histoire de ne pas froisser les groupes d’hypers et de supers, Leclerc et Système U en tête

Les clients de Lidl ne trouveraient pas forcément le Coke en PET 1,5 l à un meilleur prix. Il s’agirait avant tout pour le hard-discounter de gonfler son panier moyen. Et ainsi de regagner des parts de marché. Malgré des ouvertures de magasins tous azimuts, Lidl voit son poids en grande distribution végéter à 4,8 % sur l’ensemble de l’alimentaire et à 5,3 % dans les boissons. Une stagnation qui fait office de bonnes performances tant le hard-discount est à la peine depuis un an. Selon les données de Kantar Worldpanel qu’a pu se procurer Rayon Boissons, ce circuit a vu sa part de marché reculer de – 0,4 point au rayon liquides à 14,1 %. « Contrairement à Aldi par exemple qui reste en France hermétique aux marques nationales, Lidl a réussi à se maintenir grâce à l’introduction de nouveaux produits de marques leaders », relève un observateur. Coca-Cola, Joker et Vittel sont ainsi venus s’ajouter à Pepsi il y a deux ans. Cette année, Perrier, Fanta, Coca Zéro, Lipton Ice Tea et Heineken sont apparus – ou réapparus - chez Lidl.

Le nouveau concept Netto fait également la part belle aux marques nationales. Ces dernières composent en moyenne 12 % à 13 % de l’offre des magasins de hard des Mousquetaires. Longtemps réfractaire aux marques nationales, Leader Price vient aussi de franchir le pas. La chaîne discount du groupe Casino a introduit des références phares comme Coca-Cola, Kronenbourg, Evian ou Perrier dans ses magasins intégrés fin juillet 2010 et chez les franchisés en octobre dernier. S’il est trop tôt pour dresser un bilan, les premiers résultats n’ont pas tardé à suivre. «Globalement, l’arrivée des marques a dynamisé notre chiffre d’affaires et augmenté le taux de nourriture», précise Jérôme Dumont, directeur des marchés liquides pour le groupe Baud.

Les marques nationales semblent incontournables sur ce circuit. Dans les liquides, leur part de marché valeur atteint déjà 30 % toutes enseignes de hard-discount confondues. Sur les soft-drinks gazeux, les marques nationales génèrent même plus de la moitié des ventes. Colossal comparé à leur poids sur l’ensemble de l’alimentaire, de l’ordre de 20 %.

retrouvez l'article complet dans le N° de décembre 2010 de Rayon Boissons.

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois