Restructuration

Val de Vire ferme l’ancienne cidrerie Volcler

28 mai 2008 - K. Ermenier

La cidrerie Le Prieuré Volcler s’est éteinte à Mayenne à l’âge de 82 ans. Cédée à Val de Vire Boissons en 2003 par Yann Volcler, petit-fils du fondateur, elle ne tournait plus qu’à 35 % de sa capacité selon le personnel en place. De quoi assurer trois jours de travail par semaine, pas plus. La vétusté des bâtiments, le manque de capacité de stockage et la situation du site en pleine ville ont dû finir de convaincre la filiale de la coopérative Elle & Vire de fermer cet outil. D’autant que son site principal de Condé-sur-Vire se trouverait également en situation de surcapacité. « Là aussi les lignes ne fonctionnent qu’à un peu plus d’un tiers de leur capacité », confirme un salarié. D’où l’intérêt de rapatrier les six millions de cols de Mayenne à Condé. « Cela ne changera rien pour nos clients, assure Claude Bossard, directeur général de Val de Vire Boissons. Les restructurations sont dans le cours des choses. »Le transfert d’activité est prévu courant juin. « Sans conséquence sur la qualité des produits », précise le dirigeant de Val de Vire. Cela concerne surtout les cidres bouchés et les cidres de table à marques de distributeurs destinés à Intermarché, Casino et Le Mutant. Lesquels représentent un volume d’environ cinq millions de bouteilles par an. Une partie du conditionnement et du stockage, en revanche, sera maintenue jusqu’en décembre 2008 à Mayenne. Et pour cause, seule cette cidrerie, de par sa situation géographique, est habilitée à délivrer le cidre IGP Bretagne vendu sous la marque Dan’Armor. A compter de 2009, le deuxième intervenant du marché devra donc s’approvisionner en cidre breton ailleurs. « Ce n’est pas un souci, nous avons déjà trouvé une solution », commente Claude Bossard. Depuis la rationalisation opérée au niveau marketing en 2004, Dan’Armor fait partie des quelques signatures sur lesquelles la cidrerie souhaite se concentrer avec le cidre normand Mont Saint-Michel. Les deux gammes viennent d’ailleurs d’être totalement relookées. La reprise de l’outil de Mayenne n’étant pas envisagée, les bâtiments seront probablement rasés. Et les 27 salariés de la PME reclassés. Mais pas à Condé-sur-Vire car ils ont tous refusé. Seules les marques Mont Saint-Michel et Festy’Pom rappelleront désormais l’héritage de Volcler.

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois