Restructuration

Heineken vend Saint-Omer et ferme Fischer

30 mai 2008 - Karine Ermenier

A l’image des Brasseries Kronenbourg qui se sont séparées de leur site de Champigneulles en 2007, Heineken France vient d’annoncer son intention de vendre son unité spécialisée dans la production de bières premiers prix et à marques de distributeurs, la brasserie Saint-Omer dans le Pas-de-Calais. Ce projet s’inscrit dans un programme plus global de réorganisation de la production d’Heineken en France. Lequel comprend par ailleurs la fermeture de la brasserie Fischer à Schiltigheim (67) d’ici la fin 2009 et l’investissement de 123 millions d’euros sur trois ans dans ses brasseries restantes de Mons-en-Baroeuil (59), Schiltigheim (Brasserie de l’Espérance) et Marseille. Objectif du groupe : se concentrer sur ses marques et sur le segment premium en particulier. Ceci aura pour incidence la suppression de 126 emplois en Alsace et de 62 postes dans le Nord d’ici 2010. Heineken se dit actuellement en pourparlers avec l’ancien propriétaire et actuel directeur général de la brasserie Saint-Omer, André Pecqueur, en vue d’une éventuelle reprise. Une dizaine de postes avaient été supprimés en 2007 dans cette entreprise aux 38 millions d’euros de chiffre d’affaires suite à la perte d’un marché de 200 000 hl (MDD Carrefour) et à des problèmes d’approvisionnement en bouteilles. Toutes les deux entrées dans le giron d’Heineken en 1996, Saint-Omer et Fischer en ressortent ensemble la même année.

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois