Concentration

Anheuser Busch étudie l’offre de rachat d’InBev

12 juin 2008 - Karine Ermenier

Le leader international de la bière en volumes, InBev (Stella Artois, Beck’s, Leffe, Brahma, etc.), s’apprêterait à avaler le troisième brasseur mondial, Anheuser Busch. Le groupe belgo-brésilien, né de la fusion en 2004 d’Interbrew et d’Ambev, a en effet remis une offre de rachat non sollicitée à son concurrent le soir du 11 juin. Sa valeur : 65 dollars par action soit un prix d’achat de 46 milliards de dollars (28 milliards d’euros). InBev a fait valoir qu'une telle fusion créerait « l'une des cinq plus grandes entreprises de produits de grande consommation au monde . »Anheuser-Busch, premier brasseur américain avec 48,5% du marché, a indiqué dans un communiqué qu'il allait « évaluer cette proposition soigneusement au vu de tous les critères, y compris son plan de développement stratégique à long terme » et qu'il se conformera au « meilleur intérêt » de ses actionnaires. En ajoutant que ces derniers « pourraient être favorables à la transaction.» Ce, malgré l’hostilité des dirigeants d'Anheuser-Busch, notamment le pdg August Busch, un membre de la famille fondatrice du groupe créé à la fin du 19ème siècle. Car ces derniers ne disposent plus que de 4 % du capital de l’entreprise. Le reste étant largement dispersé auprès d'investisseurs, parmi lesquels le milliardaire Warren Buffett.Pour mettre toutes les chances de son côté et rassurer les actionnaires, InBev s’est par ailleurs engagé à ne fermer aucun site du groupe américain, à développer la présence de Bud à travers le monde et même à implanter son siège nord-américain à Saint-Louis, fief d’Anheuser-Busch. Si l’offre de rachat était acceptée, InBev passerait très nettement devant Sab Miller, actuel numéro un en chiffre d’affaires. Le nouveau groupe belgo-américano-brésilien pèserait en effet 460 millions d’hectolitres pour 36 milliards de dollars. Tandis que le Sud-Africain arriverait loin derrière avec 21 milliards de dollars de chiffre d'affaires et 216 millions d'hl de ventes. Dans la corbeille de Bud se trouve, outre une position dominante aux Etats-Unis où InBev est très peu présent, une participation intéressante de 50 % dans le Mexicain Grupo Modelo (Corona) et de 25 % dans le chinois Tsingtao.Les cartes sont actuellement entre les mains d’Anheuser-Busch. Lequel a affirmé que l'offre serait évaluée par le conseil d'administration, mais ne s'est pas fixé d'échéance quant à la prise de décision.

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois