L'Edito du mois : Jacquerie

4 juin 2013 - Benoît Moreau, rédacteur en chef

"Stéphane Le Foll est bien embarrassé. Déjà appelé au chevet de filières porcine et laitière mal en point, le ministre de l'Agriculture se retrouve dans l'obligation de rassurer le monde viticole après la divulgation d'un projet parlementaire de hausse de taxe sur le vins. Yves Daudigny, sénateur PS de l'Aisne et président de la Mission d’Évaluation et de Contrôle de la Sécurité Social au Sénat, plancherait en effet sur la mise en place d’une nouvelle fiscalité dissuasive sur les alcools en général. Laquelle déboucherait aussi sur une taxation des vins « tranquilles ».

Les plus sournois feront valoir qu'il s'agit d'une mesure somme toute modérée et juste. Le vin bénéficie trop souvent d'un traitement de faveur vis à vis des autres boissons alcoolisées. Il n'a plus subi de relèvement de sa fiscalité indirecte (hors TVA) depuis près de trente ans. Surtout, le gouvernement Ayrault a fait preuve d'une étonnante fermeté quand il a poussé à l'adoption d'un augmentation des droits d'accises, au premier janvier 2013, de + 160 % sur les bières. Un breuvage tout aussi inscrit dans le patrimoine du nord et de l'est de la France que ne l'est le vin ailleurs dans l'Hexagone. Or la volonté d'un rééquilibrage entre les boissons alcoolisées s'imposerait de plus en plus auprès de certains élus. Le fait qu'un relèvement des taxes sur les vins soit porté par un parlementaire représentant l'un des rares départements français qui ne possèdent pas de vignoble n'étant évidemment pas étranger à de telles supputations.

Sauf que ce projet arrive au plus mauvais moment. La filière viticole française souffre. Les aides européennes servant à financer la restructuration des vignobles se raréfient. Pis : l'augmentation des cours liée à la pénurie de production ne suffit pas à compenser la perte de rentabilité. A l'instar de 2012, les vignerons se retrouvent dans l'obligation de recourir à des traitements phytosanitaires souvent coûteux pour préserver une récolte 2013 mal engagée à cause d'une météo capricieuse.

La crainte d'embraser un peu plus le monde agricole est réelle. Sans compter que l'éventualité d'une hausse des taxes sur les vins - même de quelques centimes par bouteille, même présentée comme « comportementale » - risque d'amplifier l'image de briseur de pouvoir d'achat qui colle à la majorité gouvernementale. La jacquerie fiscale monte. Et pas seulement dans nos campagnes."

Le numéro de juin 2013 vient de sortir

Renseignements : Anne Pillet au 02 99 32 21 21 ou http://www.rayon-boissons.com/Gagnez-du-temps-en-vous-abonnant-en-ligne!

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois