10 ans de l'euro

La vérité sur les prix au rayon liquides

On a tendance à stigmatiser le passage à l’euro. Parfois à tort... Malgré des taxes, des droits d’accises ou des cotisations sociales en hausse, les grandes marques d’alcool ont par exemple fait preuve d’une relative sagesse depuis le changement de monnaie début 2002. En comparant les relevés effectués par Rayon Boissons sur les premiers semestres 2001 et 2011, l’emblématique litre de Ricard se vend en moyenne seulement 1,06 € plus cher qu’il y a 10 ans dans les supers et hypermarchés. Soit une augmentation de + 7 % bien inférieure à l’inflation générale qui s’établit autour de + 11 % sur la décennie. La bouteille de scotch Grant's ne grappille quant à elle que quelques centimes supplémentaires.

Les inflations les plus importantes sont surtout à mettre au crédit des références phares de boissons sans alcool. Le PET 1,5 l de Coca-Cola coûte 21 % plus cher qu’en 2001, celui d'Orangina, 29 %. Evian n’est pas en reste avec une « valorisation » de l’ordre de + 16 %. Une évolution qui contraste avec son rival historique sur les eaux minérales plates. Le PVC moyen de Vittel n’a en effet pas bougé d’un iota sur dix ans en grande distribution pour se maintenir à 0,50 € le PET 1,5 l. Cette stabilité tarifaire n’a pourtant pas empêché la marque de voir ses ventes sérieusement dévisser en GMS. Comme quoi le prix ne fait pas tout…

Rayon Boissons - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES BOISSONS EN GRANDE DISTRIBUTION

● L’expertise du seul magazine dédié aux boissons en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et dossiers produits
● L’évolution chiffrée et les tendances fines du rayon liquides et vins

Profitez d'une offre découverte 3 mois