Rayon-Boissons / Portraits / Portrait de Dominique Schelcher, PDG de Système U

Portrait de Dominique Schelcher, PDG de Système U

22 Août 2018

Élu à la tête du groupement en mai dernier, le propriétaire du Super U de Fessenheim (68) veut poursuivre la mue de Système U. Mais ce fin diplomate, aussi attaché au commerce physique que convaincu par l’avenir du digital, entend le faire en douceur et sans heurt.

Photo Brigitte Gerroldt

La notion de « consensus » est certainement celle à laquelle Dominique Schelcher tient le plus. C’est comme cela que le successeur de Serge Papin à la tête de Système U estime avoir été choisi. Et c’est de cette manière qu’il aspire maintenant à mener sa mission. « Mon élection au poste de PDG en mai dernier a fait l’objet d’une longue discussion entre les profils possibles qui a débouché sur une espèce de consensus », explique l’Alsacien de 47 ans. Il n’avait pourtant pas cette ambition chevillée au corps. « Je n’y aurais jamais pensé il y a 20 ans, confie Dominique Schelcher. Mais j’ai toujours apprécié, chez U, le fait qu’au-delà de son propre magasin, on puisse contribuer au développement de quelque chose de plus grand à l’échelle nationale. »

Une « envie de s’impliquer » qui avait déjà amené le propriétaire du Super U de Fessenheim dans le Haut-Rhin, repris à ses parents en 2004, à prendre les rênes de la centrale Est des Nouveaux Commerçants durant près de huit ans. À son crédit, notamment, sur la période : l’unification des systèmes d’information de Système U au niveau national. Sans oublier le fait d’avoir persuadé les quelque 200 associés de cette coopérative d’adhérer au projet de transformation du groupement vers une plus grande centralisation.

.

Atteindre 12,5 % de part de marché avant 2025

Car si Dominique Schelcher considère « qu’on ne peut pas arriver en imposant la solution, puisqu’elle doit faire l’objet, à la fin, d’un consensus », ce fin diplomate n’est pas un adepte de l’eau tiède. De sa voix douce et posée, celui qui avait pris l’an passé la vice-présidence de Système U, en charge du marketing et de la communication, sait faire passer ses idées. Ses expériences dans les médias au sortir de l’école de commerce d’Angers, de 1993 à 1998, l’y ont aidé. « Le métier de commerçant est en pleine mutation que ce soit par rapport aux nouvelles concurrences ou aux nouvelles technologies », énonce-t-il d’emblée. Son principal objectif en tant que PDG sera donc « d’amener l’ensemble du réseau à effectuer les changements nécessaires pour que Système U demeure pérenne dans son mode de fonctionnement. » Et il aura du travail pour sensibiliser les 1 200 associés U, loin d’être tous aussi férus de numérique que cet accro à Twitter.

Expert dans l’art de la synthèse, Dominique Schelcher tâchera de les convaincre en leur expliquant que « dans l’alimentaire, le digital restera au service du physique. » Pour celui qui a quasiment grandi dans l’épicerie familiale à Fessenheim, « le commerce se fera toujours dans des lieux de vie, où les gens ont envie de se croiser et de se parler. » Un credo qu’il continuera de cultiver en retournant toutes les semaines dans son Super U, « pour garder le contact avec le terrain, qui me nourrit. »

Après avoir acté le changement de signature publicitaire de Système U le mois dernier, Dominique Schelcher s’attachera également dans les semaines qui viennent à peaufiner son alliance aux achats avec le groupe Carrefour . Avant d’enchaîner sur d’autres projets. Gros travailleur, le nouveau patron de Système U se fixe, en effet, d’ambitieux objectifs. À savoir atteindre 12,5 % de part de marché sur les PGC avant 2025 contre 10,6 % aujourd’hui. Pour cela, il pourra s’appuyer sur Antoine Brieu, ex-DG de Conforama, nouveau directeur général délégué du groupement. « Il sera le leader de l’opérationnel au quotidien, et de mon côté, je serai le garant des grandes orientations stratégiques et de la cohésion du groupement », détaille Dominique Schelcher, qui se pose une nouvelle fois en homme du consensus.

Jacques Bertin

Le magazine du mois