Rayon-Boissons / Portraits / Jean-Marc Thévenin, directeur général d’Eckes Granini France

Jean-Marc Thévenin, directeur général d’Eckes Granini France

11 Novembre 2009
Photo Rayon Boissons

Rien de tel qu’un grand verre de jus d’orange pour commencer la journée. Le patron d’Eckes Granini France ne s’en lasse pas. Et pour cause ! Nommé en février 2008 à la tête de la filiale du fabricant européen de jus fruits, Jean-Marc Thévenin s’est attaqué dès son arrivée à la réorganisation de l’entreprise. « Mon objectif est de mettre en œuvre un grand plan de modernisation pour renforcer notre situation de leader des marques de jus ambiants en France », assure-t-il. Un deuxième verre ne serait pas de trop. Sur un marché en GMS où les signatures nationales peinent à s’imposer face aux marques de distributeurs, Jean-Marc Thévenin ne doit pas manquer d’énergie.

A 51 ans, le directeur tient fermement à sa ligne de conduite : « je suis un adepte du focus, explique-t-il. Je n’aime pas me disperser ». Dans ces conditions, le recentrage des activités sur les trois marques phares du groupe, Joker, Granini et Réa, lui est apparu comme une évidence. Dès mars 2008, Jean-Marc Thévenin cède la production de MDD, basée sur le site des Vergers d’Alsace à Sarre-Union (67), à la Laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel. Quand bien même le chiffre d’affaires de cette branche s’élevait à 120 millions d’euros. Soit à l’époque, près d’un tiers des ventes totales d’Eckes Granini France.

En deux ans, Jean-Marc Thévenin qui se définit lui-même comme « un bâtisseur et un conducteur de changement », a tout chamboulé. De l’organisation de la production, désormais concentrée à 60 % sur le site historique de Joker à Mâcon (71), à celle plus délicate des ressources humaines, en passant par les investissements et la communication. L’objectif annoncé étant une innovation de rupture par an. Des bonbons aux jus de fruits.

Plutôt rigoureux, Jean-Marc Thévenin a forgé son style au gré de ses 25 années d’expérience dans l’univers agroalimentaire. Cet ingénieur en agriculture, titulaire d’un master à l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de Paris, a fait ses armes en tant que marketer au sein de la SVF, à l’époque aux mains de Pernod Ricard. Puis dans les filiales françaises de SC Johnson en 1987 et de Kraft Foods en 1991, dans lesquelles, de chef de groupe à directeur marketing, il a enchaîné les lancements de nouveaux produits et les extensions de gamme. Le confiseur américain, entre autres propriétaire de Malabar, Kiss Cool et d’Hollywood Chewing-gum, n’a pas hésité longtemps avant d’envoyer en 1994, Jean-Marc Thévenin développer les marchés des bonbons aux quatre coins du monde.

Dix ans plus tard, ce polyglotte, qui maîtrise l’anglais comme l’allemand, revient en France pour prendre la tête de la filiale hexagonale du confiseur néerlandais Leaf International. Après 17 ans dans les bonbons, Jean-Marc Thévenin plonge dans les jus de fruits. « J’avais envie de me retrouver dans une entreprise à taille humaine et sur un marché porteur, confie-t-il. Eckes-Granini correspond à mes propres valeurs. C’est une entreprise familiale d’origine allemande qui axe sa stratégie sur le long terme ». Pour sa femme et ses trois filles, c’est aussi l’occasion rêvée de rester en France, à Paris.

Ménage à trois

Au lendemain de sa nomination, Jean-Marc Thévenin prend contact avec les salariés des sites de Sarre-Union et de Mâcon. « C’est un homme de terrain, à l’écoute des employés, révèle-t-on en interne. Il a rapidement mis en place des outils pour favoriser la communication entre les deux sites, comme une newsletter mensuelle mais également un système de vidéo-conférence ». Histoire de préserver le lien entre les deux usines. Car, suite à la cession des Vergers d’Alsace, la production des jus de fruits d’Eckes Granini France s’est retrouvée isolée du centre décisionnel. Lequel est resté à Sarre-Union en Alsace en raison de sa proximité avec le siège du groupe basé à Nieder-Olm en Allemagne. En espérant que, en ces temps de crise, ce ménage à trois soit en accord avec la stratégie « focus » de Jean-Marc Thévenin.

Léa Lesurf

Le magazine du mois