Rayon-Boissons / Portraits / Jacques Tranier, directeur général de Vinovalie

Portrait

Jacques Tranier, directeur général de Vinovalie

26 Août 2014

Alors que le segment du « vin on ice » s’étoffe avec les arrivées des Grands Chais de France et de GRM, la paternité de ce mode de consommation en revient à Jacques Tranier. Un personnage aussi haut en couleur que le produit qu’il a lancé il y a tout juste 10 ans.

Jacques Tranier est le premier ambassadeur du produit qu’il a créé. Et pour en faire la promotion, il a sorti le kit complet de dégustation ! (Photo Rayon Boissons)

Quand nous avons proposé à Jacques Tranier l’idée de faire un portrait de lui, nous lui avons d’entrée expliqué l’importance de la photo. « L’article sera centré sur le Rosé Piscine, alors ce serait bien de l’illustrer avec une mise en scène explicite ! »

Si ses fonctions de directeur général ne lui ont jamais fait perdre son sens de l’humour, il y a un pas que nombre de dirigeants n’oseraient pas franchir. Lui, si ! Et il l’assume pleinement, se permettant même de citer du Casanova. « Rien ne pourra faire que je ne me sois amusé ! » Une entrée en matière fracassante qu’il faut savoir prendre avec légèreté. Car pour le Rosé Piscine comme pour tous les autres chantiers qu’il a menés durant son parcours professionnel, ce natif du Tarn a très souvent fait preuve de ses talents de visionnaire.

À commencer par l’idée, qui remonte à 2003, de mettre des glaçons dans un verre de rosé. « En réalité, le concept, je l’ai découvert lors d’un événement sur une plage de la Côte d’Azur, se souvient Jacques Tranier. J’ai été frappé de voir les convives, notamment les femmes, boire du rosé de l’apéritif au digestif. On était très loin des codes classiques du vin ! » S’il est emballé par ce mode de consommation rupturiste, il l’est beaucoup moins par le produit. « La glace a pour propriété de diminuer la sensation d’alcool, mais au bout de quelques minutes, le vin était complètement dilué, sans intérêt aromatique. »

Il retourne alors dans le Sud-Ouest et missionne les œnologues de la cave de Rabastens de trouver la bonne formule, tout en restant « le plus naturel possible. Il n’était pas question d’aller vers une boisson aromatisée à base de vin mais bien d’élaborer un vin. » L’objectif est d’être prêt pour la saison estivale de 2004.

Pendant que la technique se penche sur le produit, Jacques Tranier peaufine son mix-marketing. Les couleurs des transats de la plage provençale deviendront celles de l’étiquette. Pour le nom, il décide de rattacher la couleur du vin à la piscine, « parce qu’il est plus simple de consommer un verre autour d’une piscine que sur la plage. »

Celui qui est alors directeur de la cave de Rabastens prépare aussi son argumentaire, autant pour convaincre les vignerons de la coopérative que les futurs prescripteurs. « Le plus compliqué a été de persuader les producteurs de couper leur vin avec des glaçons, rappelle-t-il. Pour les bars, puisque le Rosé Piscine leur était initialement destiné, j’avais un argument imparable : vous pourrez vendre des glaçons au prix du vin. » Les produits dérivés et la communication complètent la panoplie, revendiquant haut et fort la particularité du produit, à l’instar du slogan : « Rosé Piscine, à boire absolument avec des glaçons ! »

L’été 2004 marque donc le coup d’envoi de la signature, même si la recette va évoluer au fil du temps. « Nous avons mis plusieurs années à trouver le profil sensoriel parfait, explique Jacques Tranier. C’est désormais le cas avec un vin d’assemblage qui vient du grand Sud-Ouest et compte quatre cépages. » Cela n’empêche pas le Rosé Piscine de percer dans les bars du Sud-Ouest et d’attirer la curiosité des enseignes.

Auchan, Leclerc, Carrefour vont se laisser tenter par un vin de France vendu 4,50 € la bouteille. Aujourd’hui, la marque représente annuellement l’équivalent de 1,3 million de cols. Et l’arrivée d’une nouvelle concurrence ne semble pas inquiéter son inventeur, au contraire. « Si les Grands Chais de France y viennent, c’est sûrement que l’idée est bonne. » Jacques Tranier, lui, se concentre sur les lancements de la saison 2014, Blanc Piscine et Rosé Piscine freezzente. Il n’y a plus qu’à mettre les glaçons au frais !

Frédéric Guyard

Le magazine du mois