Rayon-Boissons / Distribution et magasins / Tous les distributeurs signent une charte pour relancer la création de valeur

États généraux de l’alimentation

Tous les distributeurs signent une charte pour relancer la création de valeur [J.B.]

15 Novembre 2017

Comme l’ensemble des acteurs de la filière agroalimentaire, tous les distributeurs, Michel-Édouard Leclerc compris, ont signé la charte d’engagement pour une relance de la création de valeur dévoilée par le ministère de l’Agriculture. Un texte qui devrait servir de cadre aux négociations annuelles qui viennent de débuter.

La photo est belle et symbolique. Pour conclure le premier chantier des États généraux de l’alimentation, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances Benjamin Griveaux ont réussi à réunir l’ensemble des maillons de la filière alimentaire, des producteurs aux distributeurs, en passant par les coopératives et les industriels. Tous ont signé, hier mardi 14 novembre, une charte d’engagement « pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises ».

Ce document (à télécharger ici) , paraphé par Carrefour, Casino, Auchan, Cora, Système U, Intermarché, Lidl et même Leclerc, vise à confirmer les principaux éléments de consensus issus des États généraux de l’alimentation et à servir de cadre aux négociations annuelles débutées depuis quelques jours. L’accord déplore notamment les « effets négatifs des dérives de la guerre des prix » et souhaite promouvoir une contractualisation « fondée sur la construction des prix à partir de l’amont ». Il parle aussi de transparence, de respect entre acteurs, de montée en gamme de l'offre alimentaire et d'information des consommateurs.

Plébiscitée par tous, cette charte n’est cependant pas contraignante et élude toute mesure technique. Le relèvement plus ou moins généralisé du seuil de revente à perte, pour n’en citer qu’une, est par exemple remis à plus tard. Certainement dans quelques mois puisque le président de la République Emmanuel Macron avait promis des changements législatifs lors de son discours de Rungis le 11 octobre dernier . Affaire à suivre.

Le magazine du mois