Rayon-Boissons / Distribution et magasins / Taxes sur les boissons : quel impact sur les prix en rayon en 2012 ?

Taxes sur les boissons : quel impact sur les prix en rayon en 2012 ? [B. Moreau]

7 Septembre 2011
Le Premier ministre, François Fillon (DR)

Le calme avant la tempête ! L'annonce du relèvement des droits d'accise sur la plupart des spiritueux et sur les boissons sans alcool avec sucre ajouté risque de créer un joli appel d'air inflationniste au rayon liquides en 2012. Si le projet gouvernemental de relever les droits d'accise de + 0,031 € par litre sur les sodas et de + 0,90 € par litre sur les alcools dits « forts » se confirmait et que les industriels refusent de prendre en charge ce surcoût, d’inévitables répercussions sur le prix de vente aux consommateurs sont à attendre sur le premier semestre 2012. D'après les projections de Rayon Boissons, le PVC moyen en GMS (TVA incluse) d'un PET 1,5 l de Coca-Cola passerait ainsi de 1,33 à 1,38 €. Le PET 2 l d'Oasis orange se renchérirait, quant à lui, de plus de six centimes à 1,86 €. Dans les alcools, il faudrait ajouter 1,08 € supplémentaire pour un litre de Ricard qui s'afficherait du coup à 17,26 €. Enfin, les consommateurs devraient débourser 10,90 € pour une bouteille 70 cl de William Peel au lieu de 10,16 € aujourd'hui.

Il va sans dire que ces éventuelles augmentations seront lissées dans le temps. Les enseignes effectueront un stockage massif de boissons soumises aux actuels droits d'accise. Soit, au passage, autant de recettes qui n'entreront pas dans les caisses de l'Etat en 2012.

Autre inquiétude : l'envolée des cours des matières premières devrait se poursuivre. Selon le Syndicat Français des Sirops, les sucriers auraient passé des hausses de tarif de l'ordre de + 40 % en octobre 2011. « Dans une bouteille de sirop de menthe, nous constatons que les matières sucrantes représentent plus de 90 % du coût total des matières premières qui elles-même représentent 61 % du coût de revient total », détaille un communiqué. La seule augmentation du sucre impacterait le coût de revient d'un sirop de plus de 0,20 € par litre. Une valse des étiquettes se profile bel et bien dans les boissons.

Le magazine du mois