Rayon-Boissons / A LA UNE / SRP : Macron promet une nouvelle loi au premier semestre 2018

Distribution

SRP : Macron promet une nouvelle loi au premier semestre 2018 [Y.D.]

12 Octobre 2017

Emmanuel Macron a annoncé vouloir légiférer par ordonnance sur le premier semestre 2018 pour rééquilibrer les contrats entre les agriculteurs, les industriels et les distributeurs. Il se dit favorable à l’encadrement des promotions et au relèvement du seuil de revente à perte, mais sous certaines conditions...

Dans le cadre des États généraux de l’Alimentation, le président de la République Emmanuel Macron a fixé une feuille de route pour les acteurs des filières agroalimentaires, de la production jusqu’à la distribution. Désirant « mettre fin à la guerre des prix » et mieux rééquilibrer les relations entre les agriculteurs, les industriels et les distributeurs, le chef de l’État a annoncé vouloir légiférer assez rapidement par ordonnance avec pour objectif « d’inverser la formation du prix qui partira du coût de production ».

Suivant les recommandations de l’atelier 7 des États généraux, Emmanuel Macron se montre aussi favorable au relèvement du seuil de revente à perte (SRP) et à l’encadrement des promotions pour les produits alimentaires. Mais sous condition. « Je vous demanderai d’ici la fin de l’année de donner plus de visibilité, de conclure des plans de filière, a indiqué le président de la République. Le SRP qu’on relèverait seul serait une forme de chèque en blanc. » Reste à définir le périmètre de ces produits alimentaires.

Les engagements d’Emmanuel Macron ont été bien accueillis dans le monde de la distribution majoritairement favorable aux préconisations des États généraux. La Fédération du Commerce et de la Distribution les qualifie de cap ambitieux. Le président de Système U Serge Papin a déclaré dans Ouest France « que le président de la République a dû prendre en compte tous les enjeux et il a orienté son discours très nettement vers les conclusions proposées par les ateliers 5, 6 et 7 des États généraux . »

Même Michel-Edouard Leclerc, le pourfendeur du projet du relèvement du SRP, s’est montré satisfait sur son blog. « Ouf ! Emmanuel Macron n'est pas tombé dans le piège que lui tendaient les représentants des multinationales en réclamant une réforme du SRP sur l'ensemble des produits de grande consommation. […] En annonçant qu'il était favorable au relèvement du seuil de revente à perte sur les seuls produits alimentaires et selon les filières, Macron a dû décevoir pas mal d'actionnaires de nos concurrents ou des multinationales. »