Rayon-Boissons / A LA UNE / Portrait de Paul Potiron, adhérent Leclerc Royan et chef de marché du GT liquides au Galec

Portrait

Portrait de Paul Potiron, adhérent Leclerc Royan et chef de marché du GT liquides au Galec

24 Décembre 2018

L’adhérent Leclerc de Royan a succédé cet été à Michel Penn qui sera resté 20 ans à la tête des achats liquides de la centrale nationale du groupement. Une mission que Paul Potiron endosse avec ferveur, fort d’une belle expérience et d’un caractère rassembleur.

Photo Rayon Boissons

Plus de 1 000 bouteilles de vin, dont de belles étiquettes, une cinquantaine de champagnes, 300 références de bières, une centaine de whiskies, plusieurs dizaines de cognacs et de pineaux… La cave aménagée par Paul Potiron dans un bâtiment de 300 m² situé à quelques pas seulement de son hyper présente un assortiment impressionnant. Mais elle se distingue également par la sobriété de son mobilier et par la présence d’une énorme machine écoulant chaque année près de 800 hl de vin en vrac à 1,50 € le litre. Cette boutique imaginée il y a sept ans par l’adhérent Leclerc de Royan (17) est à son image. Celle d’un passionné, « d’un épicurien qui apprécie le vin et aime bien manger », confie-t-il. Celle aussi d’un pragmatique qui préférera toujours l’efficacité au tape-à-l’œil. « Mon objectif n’est pas d’avoir la plus grande ou la plus belle cave, explique le jeune quinquagénaire. C’est de toucher un large public avec une offre abordable, car il ne faut pas oublier que nous sommes là pour défendre le pouvoir d’achat, comme le dit Michel-Édouard Leclerc. »
Entre passion et raison, ce sont ces qualités qui font de Paul Potiron « l’homme de la situation » pour prendre en main les achats liquides du Galec, selon Michel Penn, son emblématique prédécesseur à la tête du GT2 de la centrale nationale du groupement. « C’est quelqu’un de fédérateur, qui connaît bien les différentes catégories des boissons », ajoute l’adhérent brestois qui l’a adoubé l’été dernier.
Responsable du développement du site Ma Cave
Celui qui se présente comme « un rassembleur » et se voit « en coordinateur des équipes, en manager et en animateur de toute la politique commerciale décidée au sein du Galec » peut, de surcroît, s’appuyer sur une bonne expertise du secteur, forgée depuis 2011. Trois ans après avoir repris l’hyper de Royan, l’ex-responsable boulangerie-pâtisserie puis directeur du Leclerc de Poitiers (86) prend, en effet, les rênes du groupe de travail (GT) liquides de la Scachap, la centrale régionale de l’enseigne en Poitou-Charentes. Intégré en parallèle à la file nationale du mouvement à Ivry-sur-Seine (94), Paul Potiron s’y occupe successivement des softs, des eaux, des bières puis des vins de la façade Ouest, avant de prendre la responsabilité du site e-commerce Ma Cave. Un parcours qui autorise ce Nantais d’origine à revendiquer certaines convictions, sur le potentiel de la cave à bières et des produits bio, par exemple. Mais pas pour autant à appeler à la révolution. « Ma mission au sein du GT2 s’inscrit dans la continuité de ce que fait Leclerc dans les boissons depuis des années », annonce-t-il.
Une attitude conciliante qui n’a jamais empêché le nouveau chef de marché du groupe de travail liquides du Galec d’affirmer sa personnalité. Pour preuve, le fait qu’il décale systématiquement sa foire aux vins d’automne durant les vacances de la Toussaint et programme son opération de printemps autour de Pâques. Situé à 3 km de la plage, l’hyper de Royan jaugeant 6 700 m² vit, en effet, à un rythme saisonnier. Ce qui permet à son propriétaire, en s’appuyant sur ses équipes, de s’organiser pour conjuguer ses diverses activités. Présent « les lundi et mardi à Ivry, le jeudi et parfois le mercredi à la centrale régionale », Paul Potiron consacre ses fins de semaine à son magasin et à ses multiples projets en cours : déplacement de son centre auto et de sa parapharmacie, ouverture d’un point de vente Le Marché Bio E.Leclerc, etc. Ses quatre années de mandat aux manettes du GT liquides du Galec seront donc bien chargées, mais l’ancien pâtissier réussira certainement à y laisser sa patte.

Par Jacques Bertin

Le magazine du mois