Rayon-Boissons / A LA UNE / Portrait de Nicolas Dubois, président de la maison Jeeper

Champagnes

Portrait de Nicolas Dubois, président de la maison Jeeper

30 Janvier 2019

Dans un univers champenois où domine la transmission patrimoniale, la trajectoire de Nicolas Dubois ne ressemble à aucune autre. L'entrepreneur autodidacte empile les cols, parfois avec difficulté, mais toujours avec passion.

Photo Rayon Boissons

« 3 342 francs. » Ce montant, Nicolas Dubois s’en souvient encore à l’unité près ! Si celui-ci l’a tant marqué, c’est parce que c’est la somme exacte générée par son entreprise en 1999, l’année de sa création. « La société a toujours été rentable, souligne le président de la maison Jeeper. Et ce depuis le tout début ! » Alors âgé de seulement 21 ans, le jeune rémois vient de se lancer dans les éclairages de Noël.

Deux ans plus tard, il revend cette activité pour trouver la lumière dans le champagne avec son épouse, elle aussi passionnée par cet univers. Ensemble, ils s’emploient à commercialiser leur marque Louis Dubrince dans les restaurants et bars de la capitale. « On allait à Paris tous les jours pour vendre nos bouteilles, se souvient Nicolas Dubois. Au début, on en emmenait 48, puis 72 avant de livrer des cargaisons de 1 500 cols deux fois par semaine. »

En 2005, l’ascension entamée dans la restauration à Paris gagne les enseignes de la grande distribution. Là aussi, la maison champenoise s’installe rapidement, notamment à travers les premiers prix puis les marques de distributeurs. Nicolas Dubois vend alors plus de six millions de bouteilles pour un chiffre d’affaires de 97 millions d’euros. Mais en 2012, le jeune patron se voit contraint de mettre la clé sous la porte. Est-il monté trop haut, trop vite ? Certains ont pointé une crise de croissance, lui a toujours évoqué un choix de gestion (cf. Rayon Boissons N° 228 p. 105).

L’homme d’affaires, de nature persévérante, a toutefois rapidement rebondi. Son idée pour relancer l’entreprise : rencontrer un industriel audacieux qui pourrait lui « donner un coup de main ». C’est auprès du créateur d’Aoste, Cochonou et Justin Bridou qu’il trouve ce précieux renfort en 2013. « Avec Michel Reybier, le courant est passé immédiatement », se remémore celui qui est aujourd’hui à la tête d’une entreprise de 68 salariés. Avec l’aide de l’ex-géant de la charcuterie, la maison de champagne qui produit les signatures Jeeper pour le CHR et François Dubois pour les GMS, redécolle. « Son envie, sa volonté et sa confiance nous ont permis d’avancer.  »

Cinq ans plus tard, l’entreprise écoule plus de 1,5  million de bouteilles à ses marques par an et s’adonne également à du négoce, générant un chiffre d’affaires global de 31 millions d’euros. Avec son équipe commerciale de dix-huit personnes, Nicolas Dubois sillonne désormais les routes de France pour proposer sa marque, ou plutôt celle de son aïeul, en magasins. « J’ai décidé que je voulais faire du commerce en direct même si cela impliquait d’y consacrer plus de temps et d’énergie ! », précise-t-il.

Passionné au travail comme dans la vie

Avec plus de 4 000 points de vente convaincus, le pari semble réussi. Et le patron autodidacte ne compte pas en rester là. « Nous venons d’achever la construction d’une route d’un kilomètre qui permettra de faciliter l’accès à notre site de Faverolles-et-Coëmy (51), explique le jeune quarantenaire. Nous allons maintenant entamer quatre ans de travaux avec pour objectifs d’accroître notre capacité de stockage. »

Un chantier titanesque qui ne fait pas peur à ce patron intrépide, habitué à gravir des cols à plus de 4 000 m d’altitude. « J’adore les expéditions à la montagne. C’est comme en affaires : on part d’en bas pour aller en haut, témoigne-t-il. Tout est dans la tête, on ne peut compter que sur le mental pour atteindre son objectif. » Une chose est sûre, au travail comme dans la vie, Nicolas Dubois est un passionné des cols.

Camille Bourigault

Le magazine du mois