Rayon-Boissons / A LA UNE / Portrait de Bruno Bauduin, adhérent et responsable du groupe boissons d’Intermarché

Distributeur

Portrait de Bruno Bauduin, adhérent et responsable du groupe boissons d’Intermarché [par Benoît Moreau]

16 Février 2017

C’est une conversion récente pour l’ancien directeur commercial de Lindt. Bruno Bauduin a repris avec son épouse l’Intermarché de Noisy-le-Grand (93). Dans le cadre de son tiers temps, le nouvel adhérent a aussi en charge le groupe boissons et DPH de l’enseigne. Il interviendra le 23 mars 2017 à la Matinale Rayon Boissons.

Bruno Bauduin dans son magasin de Noisy-le-Grand (94)

À le voir s’enquérir du bien-être de ses clients, on pourrait penser que Bruno Bauduin a toujours été fait pour ce métier. Même la perspective d’une longue nuit d’inventaire n’entrave pas l’enthousiasme de l’adhérent de l’Intermarché de Noisy-le-Grand (93). « Avant j’étais producteur, maintenant, naturellement, je suis producteur-commerçant », s’exclame le nouveau Mousquetaire de 46 ans. Voilà encore trois ans, Bruno Bauduin était de l’autre côté de la barrière. Il occupait le poste de directeur commercial de Lindt. Désormais, il découvre avec son épouse, Anne, les facettes du métier de distributeur. « On arrive à un âge où devenir entrepreneur est une alternative passionnante au salariat », indique Anne Bauduin, cadre chez Danone Eaux pendant 16 ans. « Des rencontres aux achats pendant ma carrière ainsi que la personnalité de son président Thierry Cotillard nous ont convaincus de rejoindre Intermarché, reconnaît Bruno Bauduin. C’est aussi la seule enseigne qui accompagne aussi bien ses futurs adhérents. »

Début 2014, le couple s’inscrit sur internet pour devenir des Mousquetaires. Après plusieurs entretiens et une série de stages, il obtient au bout de cinq mois l’agrément pour postuler au rachat d’un magasin francilien. S’en suivent sept mois de formation intensive entre les points de vente et le siège du groupement à Tréville (91). Avant de décrocher l’heureux sésame via la reprise de l’Intermarché de Noisy en mai 2016.

Les époux Bauduin ne regrettent pas leur reconversion. Et ce, malgré les amplitudes horaires et le bouleversement de l’organisation familiale. Depuis sa reprise, l’Intermarché de Noisy-le-Grand gagne des parts de marché dans sa zone de chalandise. Bruno Bauduin y a rentré 4 000 nouvelles références. Cet amoureux des produits développe une offre haut de gamme qui ne dépareillerait pas au Bon Marché de Paris. La boucherie traditionnelle est réservée à de la viande issue de « bêtes de concours ». La cave dispose d’une armoire thermo-régulée contenant des très grands crus. Du haut de ses 1 950 m² de superficie et de ses 19 millions d’euros de chiffre d’affaires hors carburant, le magasin noiséen est même le premier vendeur d’épicerie fine des Intermarché d’Ile-de-France et le troisième sur le bio. Bruno Bauduin se plaît aussi à aller dénicher quelques exclusivités. Il est par exemple le seul à vendre le miel de Bry-sur-Marne (94), la commune attenante à son supermarché. De même, il commercialise en direct « un bon vin des copains » dont il prend soin d’expliquer l’histoire à ses clients. « Sur ce type de produits, on ne se bat pas sur les prix, justifie l’adhérent. Je les propose aux mêmes tarifs qu’à la propriété. Les producteurs viennent faire de l’animation dans le magasin. »

En revanche, sur les marques nationales, le discours est tout autre. « Le contrat de base avec nos clients reste et restera toujours le prix. Notre objectif, avec mes collègues et les équipes achats de Tréville, est de permettre à nos magasins d’être les mieux placés sur leur zone de chalandise », martèle-t-il. Un message qu’il a pu relayer lors des négociations commerciales. Dans le cadre de son tiers temps, Bruno Bauduin s’est en effet vu attribuer la responsabilité du groupe boissons et DPH d’Intermarché. « Il faut arriver à négocier le meilleur tarif en construisant un business plan ambitieux et cohérent avec nos fournisseurs, explique-t-il. L’exécution terrain est au cœur de notre projet. Nous serons les plus gros contributeurs à la croissance de nos fournisseurs dès 2017. » Outre le meilleur prix, Bruno Bauduin attend de la part des industriels de l’audace au niveau des innovations comme du merchandising. Ce qu’il ne manquera sans doute pas de réaffirmer à l’occasion de la Matinale Rayon Boissons le 23 mars 2017.

Découvrez le programme complet de la Matinale Rayon-Boissons

A retrouver prochainement le portrait de Pascal Claret, associé au Super U de Carquefou (44) et chef de file liquides de Système U