Rayon-Boissons / A LA UNE / Ogeu rachète Quézac à Nestlé Waters

Acquisition

Ogeu rachète Quézac à Nestlé Waters [M. Reidiboym]

5 Janvier 2017

Ogeu rend un fier service à Nestlé, qui cherchait depuis deux ans un repreneur pour la plus petite de ses trois eaux gazeuses. Le groupe familial pyrénéen acquiert ainsi sa première vraie marque nationale sur ce segment.

C’est la fin d’un marathon entamé par Nestlé Waters il y a plus de deux ans : le groupe Ogeu, c’est officiel, est désormais propriétaire de Nestlé Waters Centre, la filiale qui embouteille la marque Quézac. Voilà plusieurs années que Nestlé cherche à se défaire de Quézac pour concentrer ses efforts sur ses signatures internationales, Perrier et San Pellegrino. Or Ogeu fait partie des vieilles connaissances du groupe suisse : il lui a déjà racheté la source Saint Lambert, en vallée de Chevreuse, en 2013, et surtout Plancoët, eau régionale bretonne de référence, l’année suivante.

Sans surprise, Nestlé s’est donc à nouveau tourné vers le groupe familial présidé par Jean-Hervé Chassaigne en 2015 pour lui proposer Quézac. Mais ce premier round de négociations n’a pas abouti et il a fallu l’échec de deux autres repreneurs potentiels, Eric Besson (propriétaire des Sources du Pestrin à Meyras, en Ardèche) et Jean-Claude Lacaze (qui détient et exploite Mont Roucous), pour qu’Ogeu revienne dans la course en juin dernier.

Pour emporter la mise, Ogeu a dû s’engager à conserver les 53 salariés du site de Quézac (Lozère) et à investir 3 millions d’euros dans l’outil industriel. Cette somme servira notamment à renouveler les souffleuses de la ligne d’embouteillage tout en permettant le relancement de petits formats, après l’arrêt par Nestlé de la bouteille 33 cl il y a deux ans.

Avec ses 70 millions de bouteilles annuelles pour 24 millions d’euros de CA, Quézac constituait pour Nestlé une « petite » marque : elle pesait trois fois moins lourd en volume que Perrier. Pas étonnant, dès lors, que le groupe suisse ait réduit ses investissements au strict minimum. La situation est très différente pour Ogeu, qui a écoulé au total 250 millions de bouteilles en 2016 pour environ 48 millions d’euros de CA. Quézac est pour lui une grosse acquisition qui conforte son statut de quatrième embouteilleur derrière Nestlé, Danone et Roxane. Elle lui offre surtout sa première vraie signature nationale en gazeuse, avec 7 % de part de marché volume.