Rayon-Boissons / A LA UNE / Leclerc sort les produits de Pernod-Ricard de ses rayons

Exclusif Rayon Boissons

Leclerc sort les produits de Pernod-Ricard de ses rayons [Y.D.]

4 Février 2019

Selon les informations exclusives recueillies par Rayon Boissons, Leclerc est entré en conflit avec le groupe Pernod-Ricard. Les gammes de l’opérateur de spiritueux devraient disparaître des linéaires du groupement dans les prochaines semaines. Explications !

Après Coca-Cola l’an dernier , c’est au tour du groupe Pernod-Ricard de défier Leclerc dans un bras de fer sans précédent. Selon les informations recueillies par Rayon Boissons, le groupement a décidé de sortir les produits du groupe Pernod-Ricard de ses rayons. Et Leclerc ne vise pas seulement les gammes de la filiale Ricard avec son célèbre pastis de Marseille mais aussi les produits de Pernod dont Aberlour, Ballantine’s ou encore Suze. Plus d’une trentaine de références sont concernées et non des moindres.

Contactés par Rayon Boissons, les deux protagonistes n’ont pas souhaité faire de commentaires. Pourquoi le distributeur a décidé de mettre sur la touche le second fournisseur de la famille des boissons en grande distribution ? Selon nos informations, la mise à l’écart de Pernod-Ricard vient du refus de ce dernier de négocier à l’échelle européenne au niveau d’Eurelec, centrale d’achats que Leclerc a créée en 2016 avec son partenaire allemand Rewe . Une posture inacceptable pour le groupement qui en fait une question de principe. Impossible pour le distributeur de faire une exception au niveau des multinationales qui doivent passer par Bruxelles pour entamer les négociations commerciales annuelles.

Depuis quelques jours, des ruptures commencent à fleurir dans les linéaires de Leclerc. La marque de liqueur Malibu est seulement présente dans 43% des assortiments de drive selon Drive Insights contre plus de 98 % chez Auchan. Un premier symptôme qui devrait s’aggraver au fil des jours.

Solidaires de leur direction, les adhérents entendent toutefois s’organiser pour traverser la crise en cherchant des canaux d’approvisionnements parallèles, notamment pour Ricard, première marque des PGC en valeur avec plus de 450 millions d’euros de chiffre d’affaires. «La tâche est très compliquée, constate un chef de rayon d’un Leclerc. Pernod-Ricard verrouille bien ses circuits de distribution. » Après l’épisode Coca, celui de Pernod-Ricard pourrait coûter cher à Leclerc. Affaire à suivre…

Le magazine du mois