Rayon-Boissons / A LA UNE / Leclerc annonce vouloir attaquer Coca-Cola en justice

Conflit commercial

Leclerc annonce vouloir attaquer Coca-Cola en justice [Benoît Moreau]

16 Avril 2018
Michel-Edouard Leclerc (photo Rayon Boissons)

Il a suffi que Le Parisien découvre l’éditorial du numéro d’avril 2018 de Rayon Boissons pour que le conflit entre Leclerc et Coca-Cola s'affiche désormais sur la place publique. Dans cet article, nous avions notamment révélé qu’aucun accord tarifaire n’avait été trouvé entre les deux protagonistes lors des négociations commerciales 2018. Chez Leclerc, ce conflit a débouché le 12 mars dernier sur un abaissement du prix du Coca-Cola en PET 1,5 l à 1,15 € . Soit au niveau du seuil de revente à perte. Ni une, ni deux, Coca-Cola European Partners a riposté en cessant ses livraisons. Ce qui a contraint Leclerc à faire appel à des importations parallèle depuis l’Europe de l’Est pour approvisionner tant bien que mal ses magasins.

Reprise depuis jeudi dernier dans les médias généralistes, l’affaire fait aujourd’hui grand bruit. Cet emballement a d’ailleurs obligé Michel-Edouard Leclerc à justifier la position de son enseigne dans une tribune sur son blog : « Dans "l'affaire" Coca-Cola, nos acheteurs avaient semble-t-il quelques arguments valables pour refuser les hausses importantes demandées par la multinationale. Ils estimaient que les demandes de Coca ne reposaient ni sur la hausse du cours du plastique qui sert à faire les bouteilles (70 % des ventes de Coca-Cola dans l'enseigne), ni sur la hausse des cours du sucre (au contraire ils ont même baissé de 30% en un an !). Entre temps, on apprenait que Coca réduira la taille de ses bouteilles à partir de cet été. La bouteille de 1,5 l passera ainsi à 1,25 l, la bouteille de 2 l à 1,75 l... Le tout, sans baisse de prix ! »

Et le président du groupement de poursuivre : « En refusant de livrer E.Leclerc du jour au lendemain, Coca semble vouloir piétiner le contrat qui le lie à l'enseigne et ne pas respecter la période de préavis pour rupture des relations commerciales. E.Leclerc a donc saisi le tribunal de commerce pour demander au juge de dire le droit. »

Coca-Cola European Partners, qui s’est refusé à tout commentaire depuis la révélation par Rayon Boissons de ce conflit commercial avec Leclerc, n’a pour l’instant pas réagi.

A lire aussi :

Leclerc aligne au national le PVC de Coca-Cola 1,5 l à 1,15 €

L’éditorial du numéro d’avril 2018 de Rayon Boissons

La tribune de Michel Edouard Leclerc